Avortement : les Polonaises luttent pour défendre leurs droits

DROIT DES FEMMES – Les Polonaises continuent à se battre pour leurs droits. Lundi 24 octobre, elles sont descendues dans la rue pour défendre l'avortement, l'éducation sexuelle et la contraception. Un combat nécessaire pour faire entendre leur voix.

© Alik Keplicz/AP/SIPA

Les Polonaises sont décidées à faire entendre leur voix. Lundi 24 octobre, des dizaines de rassemblements ont eu lieu à travers la Pologne, notamment pour réclamer un pays laïc. ce "Black Monday" a mobilisé des milliers de femmes. L'Église prône en effet un durcissement de la loi actuelle sur l'IVG, entravant ainsi la liberté des femmes.

Cette nouvelle action s'inscrit dans un combat bien plus vaste : il y a trois semaines, près de 100 000 femmes ont battu le pavé à Varsovie afin de protester contre un projet de loi visant à interdire totalement l'avortement. Le Parlement avait finalement décidé de rejeter cette proposition restrictive et régressive, qui prévoyait notamment 5 ans de prison pour les femmes et médecins ayant recours à une IVG. Une première victoire pour des femmes engagées et déterminées à conserver leurs droits.

Mais ces militantes ne comptent pas s'arrêter là. Le mouvement Grève des Femmes a lancé une pétition reposant sur 11 requêtes, parmi lesquelles figurent le droit à une éducation sexuelle et à la contraception.

La loi polonaise n'autorise l'avortement que dans 3 cas : quand il y a un risque pour la vie ou la santé de la mère, quand l'examen prénatal indique une grave pathologie irréversible chez l'embryon ou dans le cas d'une grossesse résultant d'un viol ou d'un inceste.

En Pologne, ces courageuses femmes engagées ont déjà gagné une – grande – bataille, mais n'ont pas encore remporté la guerre.  

Voir aussi :