Affaire Baupin : les féministes descendent dans l’arène

Accusé de harcèlement et d’agressions sexuelles sur plusieurs de ses collègues au sein du parti EELV, Denis Baupin, l’ancien vice-président de l’Assemblée nationale, poussé à la démission, réfute les accusations, porte plainte pour diffamation et déclenche la colère des féministes... qui montent au créneau.

© WITT/SIPA

Après le scandale DSK et récemment le "Culottegate" de Michel Sapin, un homme politique provoque l'ire des féministes (et pas seulement) . Denis Baupin, vice-président de l'Assemblée nationale depuis 2012, vient de quitter ses fonctions. Le politicien, marié à la secrétaire nationale du parti écolo EELV Emmanuelle Cosse, est accusé d'attouchements et de harcèlement sexuels sur plusieurs de ses collaboratrices depuis 1998. Les féministes, dont l'efficace association Osez le féminisme et la Fondation des Femmes, ont décidé de prendre les choses en main en mettant en place une hotline éphémère de sept jours pour les victimes des hommes politiques afin de lever l'omerta. Plusieurs personnalités du milieu se sont exprimées sur l'affaire et nous laissent sans voix : "Nous étions au courant depuis presque un an" avoue Maryse Oudjaoudi, cadre nationale d'EELV, "il y a beaucoup de Denis Baupin à l'Assemblée" renchérit Cécile Duflot. Tous étaient conscients de ces agissements et beaucoup s'insurgent de ces nombreuses années de silence. C'est pourquoi le collectif Osez le féminisme souhaite faire évoluer les mentalités, notamment celle du charmant député Pierre Lellouche qui "commente les choses importantes, pas les histoires de bonnes femmes!" et organise mercredi 11 mai devant l'Assemblée nationale, Place Édouard Herriot, un rassemblement unitaire à partir de 18h30. À l'heure où la vérité éclate, la mobilisation est plus que nécessaire et les femmes parlent, enfin !


Voir aussi :