La Journée internationale de la fille : pour l'autonomisation, contre les violences

La Journée internationale de la fille, qui a lieu annuellement le 11 octobre, a pour but de rappeler que les jeunes filles sont des victimes à part entière et que 60 millions d’entre elles n’ont pas accès à l’éducation.

© apitsada

Vendues comme esclaves domestiques, privées d’éducation, mariées de force... Les filles du monde entier sont victimes de discriminations et subissent des abus intolérables. Depuis 2012, l’ONU a instauré le 11 octobre comme la Journée internationale de la fille. Une piqûre de rappel à l’opinion publique, pour la sensibiliser aux mauvais traitements et à l’impossibilité pour ces victimes d’y échapper.
A ce jour, les Nations Unies comptabilisent que 60 millions d’entre elles n’ont pas accès à l’éducation, ce qui en fait des victimes isolées et faibles. Elles ne disposent donc pas des instruments les plus élémentaires comme la lecture et l’écriture pour tenter d’échapper aux conditions sociales, familiales, économiques et sexistes dont elles sont victimes. Les unions forcées concernent 14 millions d'entre elles et dans les pays en développement, une fille sur 3 est mariée avant ses 18 ans, selon l'OSI Plan France.
Pour cette année 2015 de la Journée internationale de la fille, le thème choisi est "Le pouvoir de l'adolescente - horizon 2030". L’ONU appelle tous les organismes et différents acteurs à se mobiliser autour de deux objectifs cruciaux : "mettre fin au fléau de la violence à l’égard des adolescentes et promouvoir leur autonomisation". Pour ce faire l'ONU rappelle les objectifs à atteindre : 

  • Un investissement afin de les doter de compétences, de leur donner confiance et leur offrir des choix : par le biais de la famille, de l'école, de l'enseignement technique et de la formation professionnelle, et des systèmes de soutien social, économique et sanitaire
  • L’accessibilité des infrastructures, des services et des technologies
  • L’intégration dans la vie civique, économique et politique
  •  Un travail constant pour rendre la violence contre les filles et les femmes visible et inacceptable à la fois dans les domaines privés et publics
  • Le renforcement de données, en ce qui concerne l'autonomisation et la violence à l’égard des adolescentes

Ces jeunes filles représentent l’avenir, l’espoir et la force de chaque pays. Ce sont de futures femmes, de futures visionnaires.

Journée internationale de la fille dimanche 11 octobre © apitsada

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi :