Les Egyptiennes se mobilisent contre les violences sexuelles

Un millier de femmes s'est rassemblé au Caire samedi 14 juin pour scander sa haine contre le harcèlement sexuel qui gangrène la société égyptienne.

Egyptiennes se mobilisent contre les violences sexuelles

Les femmes élèvent encore la voix dans la capitale égyptienne. Samedi 14 juin, elles se sont réunies pour crier leur colère contre les viols et agressions sexuelles dont elles sont victimes.
Près d'une semaine après l'élection du général Abdel Fattah Al-Sissi, le phénomène des violences sexuelles est toujours d'actualité. Chaque manifestation, cérémonie ou événement dans les lieux publics est propice à ces attouchements, viols et humiliations, illustrés dans de nombreuses vidéos tristement diffusées sur le Web. La dernière en date a été postée suite à la cérémonie d'investiture du président, place Tahrir.
Le nouveau régime a récemment adopté une loi sur le harcèlement sexuel. Ces violences quotidiennes seront désormais punies de 6 mois de prison et d'une amende de 3 000 livres égyptiennes (soit 310 euros). Les 13 hommes accusés de viol en réunion le 8 juin, jour de l'investiture d'Al-Sissi, sont actuellement jugés. Une première et une révolution dans ce pays qui souffre d'une crise politique et sociale sans précédent depuis le printemps arabe de 2011.
RFI rapporte que certains hommes ont même pris part au mouvement de samedi, dont Ahmed : "Je suis là parce que j'ai une soeur et ces histoires de viol ont assez duré. Le plus grand problème c'est qu'avec cette mentalité, ils pensent qu'ils sont des hommes quand ils font ça. Je suis là pour leur dire que non, ce n'est pas vrai. Mais nous devons être aidées par le gouvernement", s'indigne-t-il.
99,3 % des femmes égyptiennes ont déjà été victimes d'harcèlement sexuel, d'après un rapport des Nations Unies. Seulement 2 femmes sur 100 ont la force de porter plainte : elles ne croient plus en la justice et en la police.

egypte 14 juin 3
Une Egyptienne pendant la manifestation du 14 juin devant l'Opéra du Caire, qui brandit un dessin représentant la femme contre le terrorisme sexuel.  © SIpa Press