Violences conjugales : et si Najat Vallaud-Belkacem appelait le 115 ?

L'association "Paroles de femmes" a dénoncé dans une vidéo le manque de places d'hébergement d'urgence pour les femmes battues.

Violences conjugales : et si Najat Vallaud-Belkacem appelait le 115 ?

C'était une des promesses du président Hollande lors de son élection et la ministre des Droits des femmes s'est engagée à la mettre en place dans son nouveau plan triennal.
Un engagement qui semble irriter l'association "Parole de femmes" qui met l'accent sur le décalage entre "les beaux discours" et "la réalité du terrain" : "Chaque année, le 25 novembre, nous avons le droit à de nouveaux plans d'urgence contre les violences faites aux femmes", indique Olivia Cattan, directrice de l'association.
En effet, dans un clip diffusé pour la Journée Internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, Olivia Cattan invite Najat Vallaud-Belkacem à composer le 115 ou le 39.19, numéros d'urgence censés trouver un foyer d'accueil pour les victimes et leurs enfants, échappés du domicile familial.
Le problème ? Aucune réponse au bout de la ligne à chaque tentative d'appels de la directrice de l'association qui souhaite trouver une place pour une femme battue et ses trois enfants âgées de 2, 7 et 14 ans. Et lorsqu'Olivia Cattan tente les centres maternels d'hébergement, la correspondante au bout du fil lui indique qu'ils sont saturés et quand bien même ils auraient de la place, ils ne prenaient pas plus de deux enfants par femme battue et pas de garçons âgés de plus de 13 ans "parce qu'à partir de 14 ans , la loi considère qu'ils sont des jeunes hommes" explique la correspondante.
La directrice de l'association qui révèle dans sa vidéo avoir elle-même subi les coups de son mari il y a 20 ans, constate que le problème d'hébergement d'urgence n'a toujours pas été réglé et ne semble pas confiante par rapport aux engagements tenus par Najat Vallaud-Belkacem : "Au lieu de nous faire de jolis discours sur le plan d'action formidable qu'on va mettre en place, je pense que déjà la première urgence est de créer des places d'hébergement ".
Espérons tout de même que les mesures annoncées par le gouvernement, vendredi 22 novembre puissent être rapidement mises en place et que la promesse des hébergements d'urgence dédiées aux femmes violentées soit tenue. 

najat
Najat Vallaud-Belkacem © MEIGNEUX/SIPA