Violences conjugales : le gouvernement réagit

A l'occasion de la Journée Internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le gouvernement a présenté un plan de renforcement pour contrer ce fléau.

Violences conjugales : le gouvernement réagit

Les violences conjugales sont de plus en plus fréquentes en France et les chiffres parlent d'eux-même : chaque année, ce sont près de 150 femmes qui succombent aux blessures causées par un compagnon agressif.
La ministre des Droits des Femmes, Najat Vallaud-Belkacem, a présenté ce vendredi matin, un plan pour contrer les violences domestiques. Pour ce plan triennal, le gouvernement a pris la décision de mettre les bouchées doubles notamment en augmentant le budget : 66 millions d'euros en moyenne, sur une période de trois ans, soit le double de celui de 2010.
- Ainsi, la première mesure consisterait à mieux encadrer le dépôt des mains courantes et à enregistrer le plus de plaintes possibles lorsque violence il y a.
Aussi, la police devra procéder à une deuxième visite surprise au domicile de la victime lorsque celle-ci consigne les violences sans déposer plainte. C'est le parquet qui sera en charge d'assurer un contrôle régulier de ces mains courantes.
- La deuxième grande mesure du gouvernement consiste à doubler le nombre d'assistantes sociales dans les commissariats et les gendarmeries. Au total, 350 intervenants seront mobilisés d'ici 2017 afin d'accompagner les femmes battues dans leurs démarches notamment dans la recherche d'un logement ou la prise en charge des enfants. A ce propos, des hébergements d'urgences seront entièrement réservés aux victimes. Le plan prévoit en effet de créer 1 650 places qui assurent sécurité et accompagnement personnel, le temps pour ces femmes de trouver une solution. Cette mesure est une garantie par rapport à l'engagement que François Hollande s'était promis de tenir lors de son élection.
- Autre grand renforcement : un meilleur fonctionnement du numéro vert destiné aux femmes battues. Le 39.19 fonctionnera 7 jours sur 7 à compter du 1er janvier 2014 : les victimes pourront appeler à l'aide même les dimanches et les jours fériés ! Ce numéro vert deviendra un numéro de référence, anonyme et gratuit, accessible également depuis un téléphone portable. Des appareils disposant d'une touche d'urgence verront le jour afin que les femmes victimes de violences conjugales puissent être secourues en un temps très court.


Le gouvernement a donc trois ans pour tenter de limiter les violences faites aux femmes et encourager les dépôts de plaintes afin d'arrêter leurs agresseurs. Il a pour objectif de mobiliser l'ensemble des services publics en lançant notamment une campagne nationale d'information intitulée "contre les violences, libérons la parole", diffusée dans tous les médias.

Voir la vidéo :