Femmes battues : l'Arabie Saoudite se révolte

C'est une première historique. L'Arabie Saoudite lance une campagne contre la violence faite aux femmes.

Femmes battues : l'Arabie Saoudite se révolte

Un espoir. L'Arabie Saoudite lance une opération afin de "combattre" les violences conjugales. Une bonne initiative puisque le pays à été classé par la Forum économique mondial comme étant le 131e état (sur 134) en matière d'égalité homme-femme. Dans ce pays, où l'homme domine, la violence faite aux femmes n'est plus à prouver et est même devenu un problème récurent. Les femmes n'ont pas ou peu de libertés. Par exemple, elles n'ont toujours pas le droit de conduire. La police religieuse a néanmoins autorisé les femmes à monter sur un vélo ou une moto mais uniquement si elles portent le voile intégral et si elles sont accompagnées d'un homme.
"Certaines choses ne peuvent pas être couvertes - Combattons ensemble les violences faites aux femmes", tel est le slogan de la campagne, volontairement percutant pour faire réagir le plus grand nombre. La photo de la publicité représente une femme portant un hijab. Seuls ses yeux sont visibles et un est au beurre noir.
Cette opération, financée par la fondation du Roi Khalid, doit fournir une protection légale aux femmes et enfants victimes de violences. Les autorités saoudiennes ont reconnu que "le phénomène des femmes battues en Arabie Saoudite est plus important qu'il n'y paraît" encourageant ainsi les victimes à porter plainte.
Le site L'Orient-La-Jour explique que cette campagne de pub intervient quelques semaines après la terrible histoire de la petite Lama. Cette petite fille de 5 ans a vécu l'enfer. Violée par son père, Lama a été hospitalisée en décembre 2011. Elle avait le crâne fracassé, de nombreuses côtes cassées, des traces de brûlures et un ongle arraché. Elle a fini par succomber à ses blessures.
Le 26 janvier 2013, le père de famille a été condamné à verser à la mère une compensation de 40 000 euros, appelée "prix de sang" par la jurisprudence saoudienne et à une peine de prison de quatre mois. La peine aurait été doublée si Lama avait été un garçon.
Ce drame aura au moins eu le mérite de faire un peu avancer les choses en Arabie Saoudite, même s'il faudra plus que ça pour faire évoluer les mentalités.

combat des femmes
Première campagne en Arabie Saoudite contre la violence faite aux femmes © King Khalid Foundation