Management : ce que les femmes peuvent apprendre aux hommes... et vice versa L'empathie

empathie : qui est le plus à l'aise ?
Empathie : qui est le plus à l'aise ? © JDN

Autre point sur lequel les femmes cadres s'avèrent plus fortes que leurs congénères masculins : l'altruisme. Cela passe par une plus grande capacité à aider les autres, à inspirer confiance, à prêter attention au bien-être. D'où une capacité à développer le relationnel et à instaurer une atmosphère de travail agréable.

 

"Les dirigeants constatent que lorsque l'on nomme une femme dans une équipe d'hommes, comme c'est encore très souvent le cas dans les comités de direction, les rapports changent, les relations sont moins agressives", précise Paule Boffa-Comby. Cette attitude plus altruiste a donc pour résultat de réduire la compétition entre les membres d'une équipe, avec moins de combats d'ego à ego. "De par leur sensibilité différente, avec peut-être plus d'ouverture, de compréhension, les femmes arrivent à mieux gérer les conflits dans les équipes très masculines."

 

Pour Etienne Van Keer, les femmes cadres sont plus soucieuses des éléments intangibles, émotionnels. C'est pourquoi il est important pour elles de ne pas chercher à reproduire à l'identique le style moins empathique des hommes. "Une attitude calquée sur celle des cadres hommes crée un paradoxe : comme il s'agit d'imitation, elles ne sont pas perçues comme authentiques, elles perdent leur attitude d'ouverture d'esprit et par ailleurs il leur manque la chaleur qu'on attend d'une femme."

 

 Ce que les femmes peuvent apprendre aux hommes

Les femmes cadres peuvent donc insuffler aux hommes l'ouverture aux autres qui est au cœur de la notion d'empathie. Toutefois, les femmes cadres plus âgées peuvent également apprendre aux plus jeunes à ne pas trop se positionner sur cette valeur d'empathie. En effet, selon les résultats du cabinet Hudson, il apparaît que les femmes expérimentées adoptent un style plus "froid", toujours ouvert sur les autres mais moins altruiste. Cela leur vaut d'être perçues comme des personnes agréables et efficaces. Ce qui n'est pas le cas des femmes plus jeunes, qui sont, elles, surtout considérées comme agréables à vivre, au détriment de l'efficacité.

Sommaire