Burqa

L'origine de la burqa

Burqa, niqab, voile... Autant de termes dont la signification est parfois galvaudée au cours de débats incendiaires, notamment en France, depuis la loi du 11 octobre 2010 qui interdit de porter la burqa dans les lieux publics.

La burqa, un symbole taliban

La burqa est un mot pachtoune (une langue parlée en Afghanistan et au Pakistan) qui signifie "voile intégral". Bleue ou marron, elle couvre littéralement le corps de la femme, de la tête aux pieds. Les yeux sont cachés par un tissu quadrillé, ressemblant à un grillage. Devenue symbole des talibans, en Afghanistan, la burqa est le dérivé d'une autre tenue islamique, à savoir le tchadri, le vêtement des femmes pachtounes depuis des millénaires. L'arrivée des talibans au pouvoir n'a fait que rendre obligatoire cette tradition séculaire. Si les femmes afghanes portaient le voile intégral avant, pendant et après leur arrivée, comme l'explique la journaliste reporter de guerre Anne Nivat, le tchadri, lui, ne dissimule ni les pieds ni les mains. Les bras sont libres. Avec la burqa, l'enfermement est plus total.

La burqa, symbole du Purdah

La burqa est devenue, ces vingt dernières années seulement, le vêtement symbolique du Purdah, une pratique ancestrale empêchant les hommes de voir les femmes. Le régime des talibans en Afghanistan l'applique vigoureusement dès lors qu'il reprend le pouvoir en 1996. Alors que certains croyants considèrent le Purdah comme une oppression de la femme, d'autres tendent à le comparer à une marque de respect. Couvertes et à l'abri des regards, les femmes sont estimées pour leur beauté intérieure, leur esprit et non leur physique.

La burqa, le Coran et la société française

Si le voile islamique, comme expression de pudeur, fait la quasi-unanimité dans les différents courants musulmans, ce n'est pas le cas pour la burqa. Aucune obligation n'est mentionnée dans le Coran de recouvrir tout le corps. D'ailleurs, les mains et les pieds ne font pas partie de la nudité ou de l'intimité dans l'islam. En France, la loi de 2010 interdisant la burqa dans les lieux publics ne concerne qu'une minorité. Les quelques études menées parlent de 2 000 femmes environ. Il n'est pas rare que même les politiques fassent encore du zèle.

Actualités Burqa