Equal Pay Day : les inégalités de salaire persistent en France

L'Equal Pay Day ou la journée de l'égalité salariale symbolise le nombre de jours supplémentaires qu'il faut aux femmes pour gagner le même salaire que les hommes. Cette année, c'est le 26 mars qui symbolise ce manque de parité en France : un peu mieux que l'an passé mais toujours très en retard par rapport à d'autres pays européens. Explications.

Equal Pay Day : les inégalités de salaire persistent en France
© choreograph-123RF

Soixante. C'est le nombre de jours de travail supplémentaires qu'une femme doit accomplir en France pour atteindre la rémunération moyenne d'un homme à compétences égales, et à poste de valeur égale. Un constat affligeant dénoncé par le biais de l'Equal Pay Day qui tombe ce 26 mars. Créée en 2009 par l'ONG internationale Business & Professional Women (BPW), cette journée entend démontrer que les femmes gagnent toujours moins que leurs homologues masculins. Pour ce faire, l'organisation effectue un calcul simple pour parvenir à ce nombre de jours symboliques. L'écart de revenu entre les deux sexes, à hauteur de 23,8% en 2017 selon l'INSEE, est multiplié par le nombre de jours ouvrés, qui s'élèvent à 252 en 2018.

© BPW

L'année dernière, cette journée était tombée le 31 mars. Si quelques jours ont été gagnés sur les précédentes éditions, la France se place toutefois en mauvaise élève de la parité salariale. En Espagne par exemple, l'Equal Pay Day est tombé le 22 février et de nombreux autres pays européens se placent bien avant l'Hexagone. La France est encore loin d'atteindre une telle position, puisque depuis 2009 seuls 4 points ont été gagnés sur la différence de salaire entre hommes et femmes. L'annonce par le gouvernement de la mise en place d'un logiciel pour calculer ce genre d'écarts injustifiés pourrait changer la donne. Espérons qu'un jour, ce genre de journée n'ait plus lieu d'être. 

© BPW

Voir aussi :