Charge mentale au boulot : les femmes, premières touchées

Surchage de travail, perte d'autonomie ou tâches répétitives : au bureau, les femmes subissent davantage de pression que leurs collègues masculins. Ces inégalités ont été mises en lumière grâce à une étude de la DARES.

Charge mentale au boulot : les femmes, premières touchées
© lenetstan/123RF

Le quotidien des femmes dans l'entreprise ne s'améliore pas. Une étude de la DARES (Direction de l'Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques), publiée le 20 décembre, met en lumière les inégalités entre les genres dans le monde du travail. Sur 100 femmes interrogées, 47 considèrent être épuisées par la charge de travail, contre 40% des hommes. Il n'est donc pas étonnant que les femmes soient les premières concernées par le stress au boulot.

Pourtant, à catégorie socioprofessionnelle identique, elles ont moins de responsabilités que ces messieurs : 64% des salariées ont la marge de manœuvre nécessaire pour "régler elles-mêmes les incidents", alors que 72% de la gent masculine estiment disposer de ce type d'autonomie. Enfin, 46% des femmes se plaignent d'effectuer "continuellement une même série de gestes ou d'opération", contre 38% d'hommes. Notons que le fait d'effectuer des tâches répétitives constitue la principale cause de bore-out

La gent féminine doit souvent composer non seulement avec l'anxiété au boulot mais aussi avec la charge mentale au sein du foyer. Le poids du stress ne cesse de peser sur les épaules des femmes. 

Voir aussi :