A partir de quel âge détestons-nous notre job ?

Selon une étude réalisée par Bloomberg, les hommes et les femmes commencent à se lasser de leur travail dès l'âge de 35 ans. Une baisse de moral et une augmentation du stress se font ressentir chez les aînés qui occupent souvent des postes à haute responsabilité.

A partir de quel âge détestons-nous notre job ?
© Oksana Kuzmina

Si pour Victor Hugo "le travail fait la gaîté", pour les trentenaires, c'est moins sûr. D'après une étude publiée par le magazine Bloomberg, bon nombre de salariés ne supporteraient plus de travailler dès l'âge de 35 ans. Après avoir interrogé plus de 2 000 employés britanniques, le cabinet Robert Half a constaté que les travailleurs plus âgés étaient moins heureux que leurs collègues, plus jeunes. Ainsi, 1 Anglais de plus de 35 ans sur 6 avoue être malheureux (contre 1 sur 10 chez les moins de 35 ans), et presque un tiers des personnes interrogées de plus de 55 ans ne se sentent pas appréciées à leur juste valeur. Plus étonnant encore, 16% des sondés déclarent ne pas avoir d'amis au travail. Des chiffres quelques peu alarmants qui en disent long sur le fossé creusé entre les millennials et leurs aînés. 

Pourquoi un tel sentiment ? 

Les salariés plus âgés auraient en réalité des postes à responsabilités plus élevés que les jeunes, ce qui créé une source de stress plus intense. Sans oublier ceux déçus par leur situation professionnelle, forcés d'abandonner leur rêve de décrocher, un jour, un poste hiérarchiquement supérieur à celui qu'ils possèdent actuellement. "Il vient un jour où, soit vous n'avez pas assez progressé, soit le travail vous a épuisé, soit vous commencez à vous dire que la famille est plus important. Alors, vous vous demandez : pourquoi je fais ça ?", explique Cary Cooper, un chercheur de l'école de commerce de Manchester. Ainsi, les moins de 35 ans, qui pour certains débutent à peine leur carrière, sont encore plein d'espoir, peut-être moins menacés par la possibilité qu'un employé tout juste diplômé les remplacent. Ils peuvent prendre plus de risques, saisir chaque opportunité et rester optimiste même dans l'échec.
Selon Cary Cooper, il est encore possible d'inverser la tendance et remonter le moral des troupes. Le chercheur conseille entre autres de commencer par créer des liens d'amitié au sein de l'entreprise, trouver le temps de rejoindre ses collègues autour d'un verre et pourquoi pas, se concentrer sur un projet qui nous tient particulièrement à cœur.

Voir aussi :