Harcèlement au travail : les femmes subiraient là où les hommes agiraient

VIE PRO – Face au harcèlement, les femmes préfèrent se mettre en arrêt maladie, quand les hommes choisissent de démissionner, à en croire une récente étude danoise.

© 123RF - Fabio Formaggio

Harcelès au travail, hommes et femmes n'agiraient pas de la même manière. Les premiers ont tendance à quitter leur emploi pour se mettre au chômage — pour une durée plus ou moins longue — quand les secondes préféreront multiplier les arrêts maladie et se mettre sous antidépresseurs. C'est ce que démontre une étude menée au Danemark par trois chercheurs sur 3182 individus salariés, qui dresse un bilan plutôt effrayant de cette forme de violence.

Les victimes réagissent donc différemment selon leur genre. Par ailleurs, comme l'ajoute Tine Mundbjerg-Eriksen, l'auteure principale de l'étude, "il semble que les hommes harcelés aient davantage tendance à revenir au bureau, même s'ils souffrent. Et parallèlement, le harcèlement nuit davantage à leur salaire qu'à celui des femmes harcelées, ce qui indique que le harcèlement entrave leurs opportunités d'augmentations et de promotions."

On apprend également que le harcèlement professionnel touche les deux sexes relativement indifféremment : 43% des hommes ont déclaré en être victimes, contre 57% des femmes. Des données inquiétantes qui prouvent que ces pratiques condamnables sont plus que jamais fréquentes.

Le harcèlement au travail est ainsi une sombre réalité qui peut revêtir plusieurs formes. Si les femmes souffrent davantage d'agressions sexuelles et de vexations psychologiques, les hommes, eux, endurent plus souvent des intimidations physiques. En revanche, les deux sexes sont victimes dans la même mesure, ou presque, de harcèlement moral, type rabaissements et humiliations.

Les dommages causés par le harcèlement professionnel sont donc nombreux, nouvelle preuve s'il en fallait une de la nécessité du combat contre ces violences.

Voir aussi :