Le brown-out : quand la frustration devient maladie professionnelle

VIE PRO – Vous connaissiez déjà le burn-out, vous avez découvert le bore-out… Voici maintenant le brown-out. Cette nouvelle pathologie du travail toucherait des salariés fatigués par des tâches quotidiennes qu'ils jugent aberrantes et absurdes. Quid de cette nouvelle maladie de bureau ?

© rawpixel

Il semblerait que se rendre au bureau n'ait jamais été si propice à développer des pathologies. Au départ, il y a eu le burn-out. Une accumulation de stress, un épuisement physique et psychique jusqu'à un point de non-retour, qui guettait les acharnés du travail et leur promettait de graves soucis de santé. Puis est survenue la menace du bore-out. Là encore, le courageux travailleur pouvait être sujet à un épuisement professionnel, mais causé cette fois par l'ennui au bureau et le sentiment de culpabilité d'être payé à ne rien faire. 

Ces deux maux propres au monde de l'entreprise ont été rejoints depuis peu par un troisième danger potentiel pour qui oserait s'aventurer à avoir une activité professionnelle : le brown-out. Ce dernier a été théorisé en juin dernier par deux chercheurs britannique et suédois, André Spicer et Mats Alvesson dans leur ouvrage The Stupidity Paradox.

Inutilité et dépression

Le brown-out — traduisez littéralement "baisse de tension" —, se caractérise par un sentiment d'incompréhension vis-à-vis des tâches à effectuer dans le cadre de son métier, considérées comme absurdes et inutiles. De là résulte une démotivation du travailleur qui se questionne sur la légitimité de ce qui lui est demandé de faire, pouvant entraîner un désintérêt total pour ses activités, et même aller jusqu'à la dépression. 

En d'autres termes, le brown-out touche ceux qui exercent des activités non conformes à leurs attentes, leurs aspirations, leur idéal et leurs valeurs. Un effet déceptif qui leur enlève l'envie de s'investir et les empêche d'être heureux au travail. Pour exemple, un passionné d'information et d'actualité qui se retrouverait contraint de rédiger des communiqués de presse mensongers. Ou un as de la vente qui serait cantonné à la caisse d'un grand magasin.

Le chemin menant à l'épanouissement professionnel n'est pas toujours aisé à trouver et les déviations vers les pathologies liées au travail sont nombreuses. Alors, veillons à tout faire pour ne pas les emprunter !

Voir aussi :