Sexisme au travail : les femmes en surpoids pénalisées, les hommes avantagés

Les femmes obèses se disent plus souvent victimes de discrimination du fait de leur poids. Tel est le constat d'une étude de l'Insee. Si une forte corpulence peut nuire à la carrière d'une femme, elle peut booster celle d'un homme.

© Rostislav Sedláček

Les inégalités homme/femme seront-elles un jour mises au placard ? L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a mené l'enquête sur l'impact du poids dans le recrutement et en a tiré la conclusion suivante : les femmes avec un IMC supérieur à 30 ont 7% moins de chances de décrocher un emploi. Mais ce chiffre, aussi étonnant soit-il, n'est pas la seule ombre au tableau lorsque l'on sait que pour un homme, ce surpoids constitue un avantage, sans parler de l'impact sur des salaires déjà inégaux. "Un indice de masse corporelle plus élevé est associé à une très légère baisse chez les femmes (-0,3%)", affirment les économistes Élise Coudin et Arthur Souletie, à l'origine de l'étude.
Pourquoi l'homme n'est-il alors pas concerné par cette discrimination ? Au-delà des dangers pour la santé, "il est possible que les normes sociales encadrant la corpulence soient plus fortes et plus contraignantes pour les femmes que pour les hommes", poursuivent les analystes.
Conclusion : un homme en surpoids, symbole de force et de considération, aura toujours plus de facilités sur le marché du travail qu'une femme. Alarmant.

L'étude a été réalisée en deux temps. En 2006 sur 2685 femmes et 2608 hommes et en 2010 sur 2562 femmes et 2136 hommes entre 21 ans et 59 ans.

Les femmes pénalisées par leur poids au travail ©  Rostislav Sedláček

Voir aussi :