Corinne Vigreux, madame TomTom

Corinne Vigreux est la PDG (et cofondatrice) de TomTom, marque de navigateurs GPS bien connue de tous. Cette femme de poigne au sourire sympathique nous explique son parcours et donne des conseils sans passer par quatre chemins.

Corinne Vigreux, madame TomTom
© Service de presse

Elle a révolutionné vos départs en vacances et vos trajets quotidiens sans que vous ne le sachiez. Corinne Vigreux, 51 ans, a participé à la création et au succès fulgurant de l'entreprise hollandaise TomTom, dont les GPS squattent les véhicules depuis plusieurs décennies.
Cette Lyonnaise fait ses études en école de commerce, commence sa carrière chez un concepteur de jeux vidéo et s'exile à Londres, en 1986. De l'autre côté de la Manche, l'ambitieuse Française prête son énergie à Psion, entreprise de logiciels et de matériel informatique et monte leur réseau de distribution à l'étranger.
 Elle rejoint finalement trois développeurs en Hollande pour créer Palmtop Software, bientôt rebaptisée TomTom. La boîte aura 25 ans en 2016.
Aujourd'hui, l'entreprise embauche 500 personnes, est côtée en bourse et affiche un chiffre d'affaires d'un milliard d'euros. TomTom, qui a commencé en tant que spécialiste de la navigation, s'est diversifié avec des produits grand public comme les montres de sport ou les caméras d'action. "Malgré le boom des smartphones, le GPS continue de se positionner entre la 4e et 5e catégorie de consommation électronique en Europe", précise la PDG. La marque de Corinne Vigreux elle, reste 
un des acteurs principaux du marché, fournisseur de cartographies et de contenus (notamment pour Apple). Elle se positionne aussi dans le futur, avec des projets de voitures sans conducteur.
La plus grande fierté de la patronne ? Voir ses produits utilisés par le public. C'est pour ça qu'une fois par mois, celle qui aime les choses bien faites discute avec les agents du support technique pour entendre les remarques. Elle joue aussi parfois au client mystère chez les revendeurs...

Engagée pour encourager les femmes vers l'entrepreneuriat, Corinne Vigreux souhaite surtout rappeler à toutes que le digital peut se conjuguer au féminin. Elle nous explique sa manière de penser et glisse quelques conseils à l'attention des (potentielles) femmes d'entreprise.

Corinne Vigreux

L'INTERVIEW DE CORINNE VIGREUX :

Quelle est votre valeur primordiale ?
L'éthique de travail, la confiance.

Quel a été votre plus gros challenge ?
En 2008, au moment de la traversée du désert après une croissance dingue. Il a fallu trouver la résilience.

Avez-vous un modèle ?
Mes parents, pour leur obstination, leurs prises de risques, mais aussi Ellen McArthur. J'ai du respect pour les gens passionnés.

Comment s'est passé votre premier entretien d'embauche ?
Je me souviens de mon entretien pour la société britannique Psion. J'avais un anglais approximatif et un ensemble acheté en soldes chez French Connection qui m'allait bien trop grand. J'ai eu l'impression d'avoir le poste "par pitié", mais ils m'ont donné beaucoup de responsabilités, surtout que j'étais finalement la seule femme étrangère...

Quelle est la pire remarque sexiste qu'on vous ait faite ?
Quand je travaillais dans le milieu automobile et que je débarquais avec mon équipe d'hommes pour des rendez-vous, nos interlocuteurs avaient tendance à penser que j'étais là pour faire le café, ce n'était pas naturel pour eux.

Quel est le plus beau compliment de votre carrière ?
J'aime réussir et je suis fan du fun au travail, alors le plus beau compliment c'est atteindre les objectif dans une bonne ambiance.

Votre principale qualité ?
Je dirais que je suis intuitive, humaine.

Et votre pire défaut ?
Je ne suis pas très patiente...

Quel est le moteur de votre ambition ?
L'envie de faire quelque chose qui reste, sans que ce soit une question d'égo.

Où vous voyez-vous dans 10 ans ?
Tant qu'on pense à de nouveaux produits, qu'on prend des risques, chez TomTom.

Un conseil pour les femmes qui veulent se lancer dans la création d'entreprise ?
Se tourner vers quelque chose qu'elles ont réussi, leur
happy place, quand elles doutent Eviter de se dénigrer, rester authentique et surtout, garder confiance.

Voir aussi :