La Weinstein Company en faillite : la parole des victimes enfin libérée

Le studio de cinéma fondé par Harvey Weinstein et son frère Robert a officiellement déposé le bilan. The Weinstein Company a annoncé qu'elle met fin aux clauses de confidentialité qui imposaient le silence aux victimes et aux témoins d'abus sexuel.

La Weinstein Company en faillite : la parole des victimes enfin libérée
© John Carucci/AP/SIPA

Harvey Weinstein est K.O. Ce dernier et son frère ont mis la clé sous la porte : leur studio de cinéma, créé en 2005, a coulé après les révélations de harcèlement et violences sexuels commis par le producteur. The Weinstein Company a également annoncé mettre un terme aux accords de confidentialité qui imposaient le silence aux victimes et témoins.

Dans son communiqué, la société a pris le soin de ne pas communiquer le nombre d'accords qui ont pu être signés, mais "remercie les individus courageux qui ont déjà pris la parole." Et fait profil bas : "Personne ne doit avoir peur de s'exprimer ou être contraint de rester silencieux (...) Vos voix ont inspiré un mouvement porteur de changement pour le pays et le monde entier." Cette annonce représente une immense opportunité pour celles qui n'ont pas encore osé témoigner. Peut-être verra-t-on une nouvelle vague de révélations enfonçant un peu plus le magnat d'Hollywood, déjà accusé par une centaine de femmes. 

Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, le procureur de l'Etat de New-York a répondu positivement à la demande du mouvement anti-harcèlement Times'Up, pour enquêter sur les raisons pour lesquelles le mogul de 66 ans n'a toujours pas été inculpé, six mois après les premières accusations. C'est ainsi que l'empire Weinstein s'effondre... Et qu'il emporte avec lui, on l'on espère, une industrie encore gangrenée par le sexisme. 

Voir aussi :