Une version de l'opéra Carmen dénonce les violences faites aux femmes

Le metteur en scène Leo Muscato présente à Florence une interprétation inhabituelle de l'opéra "Carmen" de Georges Bizet. Sa particularité ? Le final a été réécrit afin que l'on ne puisse pas "applaudir le meurtre d'une femme". Bravissimo !

Une version de l'opéra Carmen dénonce les violences faites aux femmes
© 123RF

Toutes les bonnes choses ont une fin, mais les fins ne sont pas forcément toutes bonnes. C'est en tout cas ce qu'a estimé Leo Muscato, au sujet du célèbre opéra de Georges Bizet, Carmen. Pour la version contemporaine qu'il présente dès le 7 janvier au théâtre Maggio de Florence, le metteur en scène italien a réécrit la fin. Ainsi, la séduisante bohémienne ne se voit plus poignardée par le brigardier Don José, fou amoureux d'elle. C'est elle qui finit par le tuer.

"L'idée m'a été suggérée par le directeur du théâtre qui voulait que je trouve un moyen de ne pas faire mourir Carmen" , a précisé le metteur en scène à l'AFP. "Il estime qu'à notre époque, marquée par le fléau des violences faites aux femmes, il est inconcevable qu'on applaudisse le meurtre de l'une d'elles", Et d'ajouter : "Un mois après la proposition du directeur, je suis revenu avec ma solution où Carmen ne meurt pas, mais se défend contre son agresseur d'une façon inattendue, comme n'importe qui le ferait à sa place". Pour le coup, on ne peut qu'applaudir l'initiative.

Voir aussi :