Violences sexuelles : les plaintes ont augmenté de 30%

Les plaintes pour violences sexuelles ont augmenté ces derniers mois, selon un rapport du Ministère de l'Intérieur. Néanmoins, ces chiffres sont à relativiser : si la parole des victimes semble se libérer, le nombre de plaintes déposées reste faible par rapport à celui des cas d'agressions sexuelles.

Violences sexuelles : les plaintes ont augmenté de 30%
© Katarzyna Białasiewicz/123RF

Les langues se délient. En novembre 2017, les plaintes pour violences sexuelles ont augmenté de 30% par rapport au même mois de l'année précédente, selon des statistiques publiées par le ministère de l'Intérieur, le 13 décembre. La gendarmerie a comptabilisé 4.207 plaintes au total, contre 3.238 en novembre 2016. En octobre 2017, ce chiffre était déjà en hausse de près de 24 % par rapport à octobre 2016. Le 13 novembre, Nicole Belloubet, la Garde des Sceaux, avait affirmé que la "justice était prête à faire face" à cette augmentation, au micro de RTL. Force est de constater que le scandale de l'affaire Weinstein a poussé les victimes à parler, notamment à travers les hashtag #BalanceTonPorc et #MeToo. "Il est évident que ce n'est pas une hausse des faits, mais des déclarations. La parole s'est libérée, c'est indéniable", observe la socio-démographe Maryse Jaspard à l'AFP

Des chiffres à relativiser

Néanmoins, le bilan est en demi-teinte : le ministère de l'Intérieur a récemment révélé que seule une victime de violences sexuelles sur douze portait plainte par peur, honte ou par crainte de la complexité de la démarche. Le 25 novembre, le Président de la République a annoncé qu'il créerait une plateforme qui permettrait de signaler les agressions en ligne. Un moyen de faciliter les démarches de la victime qui appréhende souvent l'épreuve ardue du dépôt de plainte. De quoi faire évoluer les chiffres ?

Voir aussi :