Celles qui ont brisé le silence, "personnalité de l'année" du Time

Le Time a révélé qui était la personnalité la plus importante de 2017. Plutôt que d'élire le dirigeant d'une puissance mondiale ou le chef d'une entreprise révolutionnaire, le magazine américain a honoré celles qui ont osé dénoncer les violences sexistes et sexuelles.

Celles qui ont brisé le silence, "personnalité de l'année" du Time
© Time Magazine

"Les briseuses de silence. Les voix qui ont lancé un mouvement." La personnalité de l'année selon le Time, ce sont elles : ces victimes qui ont brisé le tabou, surmonté la peur, bravé l'autorité pour dévoiler les violences qui leur ont été faites. Il y a bien sûr les actrices et collaboratrices de Harvey Weinstein, mais aussi toutes les personnes ordinaires harcelées sexuellement au travail.

L'actrice Ashley Judd et la chanteuse Taylor Swift partagent la couverture du magazine américain avec Isabel Pascual, cueilleuse de fraises, Susan Fowler, ingénieure chez Uber et Adama Iwu, activiste et lobbyiste, pour mieux illustrer que face au pire, il n'y a pas de différence. "Si les stars de cinéma ne savent pas comment réagir, quel espoir nous reste-t-il ? Quel espoir reste-t-il pour la concierge harcelée par un collègue, mais qui garde le silence par peur de perdre l'emploi qui lui permet de nourrir ses enfants ? Pour l'employée administrative qui repousse sans cesse son supérieur pour qui "non" n'est pas une réponse ? Pour l'employée d'hôtel qui ne sait pas, alors qu'elle s'apprête à remplacer les serviettes et à nettoyer les toilettes, si un client va la coincer dans une chambre de laquelle elle ne pourra s'échapper ?", peut-on lire dans l'article.

Révolution du refus

Le célèbre magazine fait également la part belle à celles qui ont témoigné anonymement contre leur agresseur et à ceux qui rappellent que les hommes aussi peuvent être des proies sexuelles. En 2016, le Time avait affublé Donald Trump de cornes avant de le mettre en couverture de son numéro le plus important de l'année. Le message était fort. Il l'est d'autant plus en 2017. Offrir une vitrine, un lieu d'expression à celles et ceux qui ont permis de faire éclater l'ampleur des violences sexuelles, c'est leur donner du crédit. C'est leur dire "la société vous a entendu.e.s, vous n'êtes pas seul.e.s, vous avez eu raison".

"Ces briseurs de silence ont entamé une révolution du refus (...) et au cours des seuls deux derniers mois, leur colère collective a impulsé une réaction immédiate et bouleversante : presque chaque jour, des PDG ont été virés, des magnats se sont effondrés, des icônes ont été disgraciées", constate le Time. On souhaite que 2018 continue sur la même lancée.

Tout le monde pense que c'est juste Hollywood. Ce n'est pas Hollywood. C'est le monde.

Voir aussi :