Tour de France : le sexisme en roue libre

Le Tour de France cycliste ses lancers de cadeaux, ses étapes... et son sexisme ambulant. Alors que la compétition est à peine débutée, les rédactions de sport alertent sur le sort réservé aux hôtesses. Entre insultes, mains aux fesses et douches d'urine.

Tour de France : le sexisme en roue libre
© POL EMILE/SIPA

L'été, il y a des choses auxquelles on ne touche pas : la plage, l'apéro, le Tour de France... mais apparemment pas ses hôtesses. Alors que la Grande Boucle a débuté le 1er juillet, France Info est allé interroger celles qui font vivre la compétition à coups d'envoi de saucissons et de cabas gratos. Dans un article sur les "coulisses moins glamour de leur quotidien", une chose est frappante : la misogynie n'a visiblement aucun frein.
Les conditions de travail de ces femmes-sandwiches ne sont pas toujours aisées. Mainmise sur les pauses pipi, lever à 5h du matin, journées passées perchées sur les camions à haranguer les foules avec des slogans... Mais le pire se trouve de l'autre côté des barrières, où la foule se croit absolument tout permis.

"Tu veux un peu de sauce ?"

Pour les jeunes filles, "au programme : 'des mains aux fesses', 'des caresses hasardeuses', 'des bisous forcés', 'des photos en pleine face'...", rapporte le site Internet. Une attitude confirmée par des jeunes filles à la caméra de RMC Sport.
Une des hôtesses McCain confie alors à France Info le genre de remarques auxquelles elle a droit : "Il y a la traditionnelle 'Je te mettrai bien ma saucisse' ou la classique 'Tu veux un peu de sauce ?' et l'inévitable 'Tu es toute nue sous ta frite ?'" Classe, mais pas aussi glamour que cette douche d'urine reçue par une autre chanceuse du Tour. Et de préciser que leur contrat implique de ne pas se rebeller quand les gestes sont déplacés. L'irrespect est total.

Faut-il rappeler que baisers volés et autres mains hasardeuses sont des agressions sexuelles aux yeux de la loi française ? Au milieu de ce récit empreint de sexisme, France Info balance que "il arrive qu'elle finisse des étapes avec des bleus ou des griffures". Mais là encore, pas de plainte admise. Joli sourire et entrain sont de rigueur.

Banalement révoltant

Cette année, le Tour de France est particulièrement pimenté pour ses hôtesses. A ces agressions du quotidien, il faut ajouter la remarque plus que limite du coureur belge Jan Bakelants, qui a indiqué avoir avec lui "un paquet de préservatifs, car on ne sait jamais où les hôtesses vont sortir". Une sortie misogyne au possible, épinglée par le directeur du Tour et les intéressées.

Ce portrait peu glorieux de la compétition à plus de 10 millions de spectateurs est à édulcorer. Les hôtesses interrogées par France Info précisent tout de même que la majorité du public fait preuve de respect envers elles. Encore heureux, nous direz-vous... Si ces faits restent inhabituels, ils n'en restent pas moins ordinaires. De quoi alerter une énième fois sur le sexisme banalisé dont sont victimes les femmes, même celles déguisées en cornet de frites. 

Voir aussi :