Présidentielle : 3 candidats signent le pacte pour l'égalité 2017

Si tous les candidats à la présidentielle ne sont pas prêts à lutter ouvertement contre les inégalités entre hommes et femmes, trois se sont engagés en signant le pacte pour l'égalité 2017, douze propositions et 120 mesures pour un monde du travail plus juste.

Présidentielle : 3 candidats signent le pacte pour l'égalité 2017
© CHAMUSSY/SIPA MATHIEU PATTIER/SIPA VILLARD/WITT/SIPA

Le Laboratoire de l'Égalité a récemment élaboré le Pacte pour l'égalité 2017, une version actualisée de celui de 2012 signé à l'époque par le président François Hollande. Organisé autour de 120 mesures concrètes, ce traité vise à instaurer des politiques efficaces en matière d'égalité homme-femme, notamment professionnelle. Soumis à tous les candidats de l'élection présidentielle, le texte a été ratifié par seulement 3 présidentiables, qui s'engagent à le mettre en œuvre.

Auto-proclamé féministe, Benoît Hamon a adressé une lettre pour expliquer son engagement. Le candidat du Parti Socialiste à la présidentielle, y annonce qu'il a pour "ambition de passer à la vitesse supérieure pour enfin parvenir à l'égalité" et c'est pour cela qu'il "adhère totalement" aux propositions du pacte.
Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron ont, eux, émis quelques réserves. Selon le journal d'information indépendant Les Nouvelles News, l'homme politique insoumis ne souhaiterait pas s'engager la proposition relative à l'organisation du travail. L'ancien ministre de l'Economie, quant à lui, semblerait en désaccord avec deux mesures, la première sur l'individualisation de l'impôt sur le revenu, et la seconde sur le droit opposable au mode de garde.

Le Pacte s'articule autour de trois grands objectifs :

  •  "L'autonomie des femmes et l'accès aux responsabilités, car l'égalité passe nécessairement par l'indépendance professionnelle et financière des femmes ;
  • La construction d'une culture de l'égalité durable, en s'attaquant systématiquement, dès l'enfance, et dans tous les milieux politiques, économiques et sociaux, aux stéréotypes qui irriguent le tissu social ;
  • La révolution des temps de vie, pour permettre à chacun.e une articulation entre vie professionnelle et privée plus égalitaire."

Le Laboratoire de l'Egalité considère d'ailleurs que "le pouvoir exécutif doit être exercé par un gouvernement paritaire comportant un Ministère des Droits des femmes de plein exercice et doté d'un budget significativement augmenté".

Voir aussi :