Délinquance : les femmes et les hommes, jugés différemment

Le ministère de la Justice a dédié le dernier numéro de son bulletin "Infostat Justice" à la différence de traitement judiciaire entre les hommes et les femmes délinquants.

Délinquance : les femmes et les hommes, jugés différemment
©  Kaspars Grinvalds

Le ministère de la Justice a publié, jeudi 9 mars, son bulletin d'informations "Infostat Justice"  sur la différence de traitement judiciaire entre les hommes et les femmes. On y apprend que les délinquantes bénéficieraient davantage de mesures alternatives et purgeraient des peines considérablement moins sévères que leurs homologues masculins."Plus on avance dans la chaîne judiciaire et pénale et plus le taux de féminisation diminue", peut-on y lire.

Le ministère note que "les femmes représentent 18% des personnes dont l'affaire a été traitée par les parquets en 2014." La moitié de ces délits auraient été classés sans suite pour deux raisons différentes ; par inopportunité des poursuites, dans 13% des cas, ou parce que l'affaire n'était pas poursuivable. Dans la moitié des délits traités, un simple rappel à la loi suffirait pour les femmes tandis que pour un quart d'entre elles, l'indemnisation de la victime ou la régularisation de la situation seraient exigées. Enfin, les femmes seraient deux fois moins condamnées à de la prison ferme, en contraste avec les hommes qui composent 96% de la population carcérale. Un tiers de ces condamnations seraient, par ailleurs, inférieures à trois mois.

La raison de ce traitement "plus clément" ? La délinquance féminine qui est moins importante et moins violente que celle des hommes. Avec la nature des infractions et la complexité de l'affaire, les antécédents judiciaires des femmes sont pris en compte ; elles seraient deux fois moins susceptibles de commettre des délits que les hommes. L'étude précise qu'en 2014,"moins d'un délinquant traité par la justice sur cinq est une femme."

Voir aussi :