Nicolas Dupont-Aignan, debout pour les femmes ?

Mardi 7 mars, la veille de la Journée internationale des droits des femmes, le candidat à la présidentielle 2017 Nicolas Dupont-Aignan présentait son projet pour les citoyennes, au côté de dix supportrices de choc. Voilà ce que l'on en a retenu.

Nicolas Dupont-Aignan, debout pour les femmes ?
© UGO AMEZ/SIPA

A l'approche de la Journée internationale des droits des Femmes, les candidats à l'élection présidentielle se sont, comme par miracle, rappelé que les citoyennes représentaient la moitié des électeurs. Chacun y va alors de son meeting spécialement consacré aux femmes - merci, c'est trop d'honneur. Nicolas Dupont-Aignan, fraîchement détenteur des 500 parrainages requis pour briguer l'Elysée, n'a pas dérogé à la règle. Le président de Debout la France a donc réuni son comité de soutien, subtilement rebaptisé Debout les Femmes à l'occasion point presse qu'il tenait mardi 7 février au matin. Le Journal des Femmes s'y est rendu. 

Au QG de Nicolas Dupont-Aignan le 7 mars © Amandine Martinet

C'est au QG de campagne de M. Dupont-Aignan, rue de l'Université dans le 7e arrondissement de Paris, que dix femmes ont pendant une heure défendu corps et âmes leur candidat, en toute objectivité bien sûr. Ont défilé la Vice-Présidente de Debout la France, la Présidente du Comité de soutien NDA 2017, entre différentes Déléguées Nationales DLF et j'en passe. Etudiante de 19 ans ou chef d'entreprise, chacune témoigne à cœur ouvert de sa propre expérience et chanté les louanges du candidat de Debout la République. Bref, inutile de se leurrer, ce n'est pas la première girl next door qui est venue témoigner innocemment de son amour indéfectible pour un homme providentiel. Toutes sont déjà convaincues et veulent nous convaincre à notre tour. A raison ? A vous d'en juger. 

Voici quelques unes des mesures phares du candidat en faveur des Femmes : 

  • Créer un label pour "féliciter" les entreprises respectant l'égalité salariale en les allégeant de certaines cotisations
  • Instaurer un service national civique et militaire mixte de trois mois pour "sortir les jeunes de leur milieu, de leur quartier"
  • Rétablir la demi-part fiscale des veuves
  • Offrir une meilleure offre de soins spécifiques aux femmes (gynécologie, maternité...)
  • Favoriser les campagnes d'information sur la contraception auprès des jeunes
  • Bannir tout signe d'appartenance religieuse (accent mis sur le port du voile) dans les universités, les hôpitaux et les entreprises 
  • Mettre à disposition des femmes victimes de violences des hébergements d'urgence où elles puissent se réfugier quand elles le souhaitent 
  • Renforcer les sanctions contre les propos misogynes, le harcèlement sexuel, les violences conjugales, les réseaux de prostitution

Autant d'intentions que l'on peut pour la plupart juger louables, bien qu'elles semblent pour certaines empreintes d'un certain conservatisme. Le problème ? Toutes ces intentions manquent globalement de précisions chiffrées. La seule mesure déjà appliquée et présentée comme nouvelle est celle prévoyant des hébergements d'urgence pour servir de refuge aux femmes battues. Pourtant, encore une fois, le candidat ne sait pas dire combien coûte cet engagement que l'on ne peut pourtant que saluer. Une preuve de la fraîcheur de son intérêt soudain pour ses concitoyennes ? 

Voir aussi  :