Lanceurs d'alerte : qui sont-ils ?

Dans "La Fille de Brest", Emmanuelle Bercot retrace le combat d'Irène Frachon, pneumologue à l'origine de la révélation de l'affaire du Mediator. Qui sont les lanceurs d'alerte, ces quidams sortis de l'ombre pour mettre en lumière les scandales au nom de l'intérêt public ?

© Haut et Court - Jean Claude Lother

Irène Frachon, Erin Brockovich, Julian Assange, Edward Snowden... Leur point commun ? Ces anonymes se sont retrouvés au cœur de tempêtes médiatiques. Tous ont été témoins d'un danger, d'un scandale, d'un dysfonctionnement de grande ampleur et tous ont choisi de le révéler, à leurs risques et périls.

Lanceur d'alerte ou délateur ?

Le lanceur d'alerte est une "personne physique qui révèle ou signale, de manière désintéressée et de bonne foi, un crime ou un délit, une violation grave [...] ou une menace ou un préjudice grave pour l'intérêt général, dont elle a eu personnellement connaissance", peut-on lire dans le texte de la loi Sapin II, adoptée début novembre 2016 par l'Assemblée nationale, visant à mieux protéger ces individus qui tirent la sonnette d'alarme et à réprimer ceux qui les empêchent de le faire. Ce qui les différencie des délateurs ? Comme le dit la loi française, leur bonne foi et leur désir d'agir au nom de l'intérêt général. Pour éviter les signalements abusifs, des sanctions pénales sont aussi prévues pour les faussaires. N'est pas lanceur d'alerte qui veut.

Traîtres ou héros ?

Interrogé par le journal Der Spiegel le 18 novembre, Barack Obama a déclaré ne pas pouvoir gracier Edward Snowden, arguant qu'il ne peut accorder son pardon "à quelqu'un qui n'a pas comparu devant un tribunal". Pour rappel, en juin 2013, alors employé par la NSA, Snowden avait dévoilé des documents confidentiels sur les programmes de surveillance de masse opérés par les services secrets. Si l’intéressé estimait dans une interview donnée au Guardian avoir contribué à changer positivement les lois des Etats-Unis, il reste exilé en Russie et encourt jusqu'à 30 ans de prison dans son pays. Traître pour la Maison-Blanche, héros pour les citoyens.

Des résistants modernes ?

Dans un article publié sur The InterceptEdward Snowden écrit qu'"être un lanceur d'alerte est devenu un acte de résistance nécessaire". Ce que ses consorts ne peuvent qu'approuver. A commencer par Irène Frachon, dont la bataille est adaptée sur grand écran dans La Fille de Brest. Cette pneumologue au CHU de Brest a été la première à révéler les effets nocifs du coupe-faim responsable de la mort d'au moins 1800 personnes. Confrères et pouvoirs publics qui lui jettent l'opprobre, censure, pression de la part des laboratoires Servier... Un combat qui prend la forme d'un thriller, tant les intimidations et les tentatives de discrédit qui ont rythmé son quotidien donnent des frissons. Le destin d'Edward Snowden a également fait l'objet d'un film, actuellement en salles. tout comme celui de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, dont le parcours a été retracé dans Le cinquième pouvoir et celui d'Erin Brockovich, militante de l'environnement éponyme du film qui relate sa lutte contre la pollution des eaux dans une petite ville californienne. Heureusement, leur détermination, leur courage et leur révolte altruiste n'ont jamais été ébranlés. Le point commun à tous les lanceurs d'alerte ?

Regardez la bande-annonce de La Fille de Brest, inspiré du combat d'Irène Frachon, en salles le 23 novembre :


Voir aussi :