Les internautes les plus misogynes sur Twitter sont... les femmes

RESEAUX SOCIAUX – Une étude menée par l'organisation britannique anti-harcèlement "Ditch the Label" aboutit au constat surprenant selon lequel la majorité des tweets misogynes seraient écrits par des femmes et non des hommes.

© Panithan Fakseemuang / 123 RF

Et si le troll était finalement une femme ? Le résultat de l'étude menée par l'organisation britannique anti-harcèlement Ditch the Label est sans appel : 52% des messages à caractère misogyne postés sur Twitter proviendraient de femmes, alors que 48% seraient  imputables aux hommes.

A travers l'analyse de presque 19 millions de tweets entre août 2012 et juillet 2016, l'étude voulait mettre en évidence le climat masculin et misogyne régnant sur les réseaux sociaux. Il s'avère finalement que ce sont les femmes qui entretiennent cette atmosphère. L'étude prend en compte les termes misogynes utilisés pour attaquer et offenser les femmes de façon intentionnelle et non utilisés dans un but ironique, à l'instar de l'expression "bitch please" ("cause toujours") par exemple.

La "culpabilisation sexuelle"

Par ailleurs, si les hommes utilisent plutôt des termes ayant attrait à l'anatomie, l'intelligence et la sexualité du genre féminin, les femmes elles s'attaquent beaucoup à l'apparence et ont souvent recours à la "culpabilisation sexuelle", le fait de rabaisser d'autres femmes à cause de leur comportement sexuel (pratiques, nombre de partenaires, vêtements jugés provocants...).

L'étude démontre ainsi que le langage misogyne sur les réseaux sociaux ne cesse de se normaliser, de sorte que ceux - et celles ! - qui l'emploient n'ont plus conscience de son caractère dépréciatif. Pour preuve, ces données inquiétantes selon lesquelles en trois semaines seulement, 20 000 tweets ont été envoyés à 80 000 personnes avec les mots "slut" (salope) et "whore" (putain).

Dommage que Ditch the Label se cantonne à ce seul constat, sans essayer de l'expliquer. Mais il semble clair que les campagnes en faveur de l'égalité des sexes doivent désormais s'adresser aussi bien aux femmes qu'aux hommes. 

Voir aussi :