La députée Attard accuse le ministre Baylet de violences envers une femme

Isabelle Attard, une des plaignantes dans l'affaire Denis Baupin, a fustigé Jean-Michel Baylet pour violences envers une collaboratrice en plein débat à l'Assemblée nationale.

© Laetitia Notarianni/ABACAPRESS.COM

Isabelle Attard ne se taira plus. La députée écologiste, qui a porté plainte contre Denis Baupin pour harcèlement sexuel, a pris la parole à l'Assemblée nationale mardi 11 octobre pour interpeller Jean-Michel Baylet, ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, sur une affaire judiciaire datant de 2002. "Le président de la République a dit vouloir un gouvernement exemplaire et la lutte contre les violences faites aux femmes est une exigence, a commencé l'élue du Calvados. Et pourtant, le 11 février 2002, vous étiez encore sénateur du Tarn-et-Garonne lorsque votre collaboratrice parlementaire a porté plainte contre vous à la gendarmerie de Toulouse."

Isabelle Attard poursuit en rappelant les faits reprochés à l'époque au membre du gouvernement. Jean-Michel Baylet aurait "frappé au visage à plusieurs reprises" sa collègue, puis l'aurait "enfermée et contrainte sous la menace de nouveaux coups à rédiger une lettre de démission", avant de la "chasser de chez [lui] en pleine nuit entièrement dévêtue et pieds nus".

Micro coupé et réponse

L'affaire, ébruitée par BuzzFeed en mars, a été classée sans suite par la justice. "Vous ne serez jamais condamné parce que vous avez acheté le silence de votre victime", ajoute la députée. Isabelle Attard est interrompue à plusieurs reprises par la présidente de séance pour cause d'intervention hors-sujet, alors que le débat du jour est consacré au projet de loi Montagne, porté par le ministre fustigé. Son micro est même coupé deux fois, ce qui ne l'empêche pas de poursuivre.

Au moment de prendre la parole, Jean-Michel Baylet tient à répondre à son accusatrice : "On peut tout romancer, mais l'instruction judiciaire de cette affaire a été classée sans suite ce qui signifie que les choses ne se sont pas passées comme vous le racontez."

Suite à cet accrochage qui a remué l'Hémicycle, Isabelle Attard a rédigé un communiqué dans lequel elle pose une ultime question à Jean-Michel Baylet : "Comment osez-vous vous présenter à l'Assemblée ?" Interviewée par France Info, elle développe : "Quand on veut un Etat exemplaire, on ne nomme pas un ministre coupable d'agression envers une femme." Et demande même à "faire le ménage" au sein du milieu politique. À bon entendeur...

Voir aussi :