Donald Trump fait la cour à l'électorat féminin

Deux mois avant l'élection présidentielle, Donald Trump veut séduire les femmes, cible sur laquelle il accuse un retard par rapport à sa rivale, Hillary Clinton. Le candidat républicain a présenté de nouvelles mesures sur le congé maternité et la garde d'enfants.

© Richard Drew/AP/SIPA

Donald Trump ne s'est pas vraiment illustré par la pertinence de son discours sur les femmes. Depuis le début de sa campagne pour la présidentielle américaine, le candidat républicain à la Maison-Blanche a ainsi déclaré pêle-mêle qu'il fallait les traiter "comme de la merde", punir celles qui avortaient ou qu'une avocate qui avait demandé une pause pour tirer son lait maternel était "dégoûtante". Résultat, à 2 mois du scrutin, il accuse un retard certain par rapport à sa rivale, Hillary Clinton, sur l'électorat féminin - près de 15 points selon un sondage réalisé par ABC News.
Pour y remédier, Donald Trump a dévoilé deux mesures en faveur des femmes mardi 13 septembre, lors d'un discours à Aston, en Pennsylvanie. Il propose ainsi l'instauration d'un congé maternité, partiellement rémunéré, pendant 6 semaines pour les parents isolés gagnants moins de 250.000 dollars par an (environ 222.000 euros) ou pour les couples dont les revenus ne dépassent pas 500.000 dollars annuels, et des frais de garde déductibles des impôts pour les enfants de moins de 13 ans. Un revirement étonnant pour le milliardaire, coutumier des saillies sexistes depuis le début de la campagne pour l'élection américaine. Selon le Washington Post, ce changement de discours serait dû à sa fille, Ivanka. Elle-même maman de 3 enfants, elle aurait insisté pour que son père intègre ces mesures à sa campagne. Suffisant pour conquérir la Maison-Blanche ?

© Richard Drew/AP/SIPA

Voir aussi :