#TwoWomenTravel : le périple d'une Irlandaise pour se faire avorter

En Irlande, l'avortement est un délit. Les femmes ne peuvent interrompre une grossesse qu'en cas de danger pour leur vie. Deux citoyennes ont décidé d'alerter l'opinion publique en créant le hashtag #TwoWomenTravel. De l'Irlande à l'Angleterre, récit d'un parcours du combattant pour l'IVG.

© Julien Bahel/AP/SIPA

L'Irlande du Nord est l'un des rares pays à encore interdire l'avortement. Pour qu'une interruption volontaire de grossesse soit pratiquée, la mère doit être en danger de mort. Dans le cas contraire, l'IVG est considéré comme un meurtre et les médecins risquent 14 ans de prison s'ils pratiquent un tel acte. Même les victimes de viol ou les femmes ayant un fœtus malformé n'y sont pas autorisées. Face à ces injustices, deux femmes ont décidé de réagir et d'interpeller l'opinion publique. Elles ont crée le hashtag #TwoWomenTravel le 19 août 2016. Sur Twitter, elles racontent en live leur périple pour se rendre en Angleterre : "Deux femmes, une procédure, 48 heures loin de leur maison." Arrivées sur place, l'une d'elle a pu se faire légalement avorter accompagnée de son amie.
Un voyage épuisant qu'elles ont tenu à relayer auprès du Premier ministre irlandais, Enda Kenny, en mentionnant systématiquement son nom dans leurs tweets. L'Homme politique occupe son poste depuis le 9 mars 2011. Chaque jour, ce sont pas moins de 10 femmes qui font le trajet jusqu'en Angleterre pour se faire avorter selon The Guardian. Un chiffre encore trop élevé pour une cause si importante pour la liberté des droits des femmes.

Voir aussi :