Raymonde Tillon, l’une des premières femmes députées de France, est morte

DISPARITION - Raymonde Tillon, l’une des premières femmes élues députées en France en 1945, est décédée le 17 juillet 2016 à l’âge de 100 ans.

© Twitter Assemblée Nationale

Raymonde Tillon, l'une des premières femmes élues députées en France en 1945, a tiré sa révérence le dimanche 17 juillet. Elle avait cent ans. L'Élysée a salué "le parcours exemplaire de cette femme engagée" sur son site officiel en annonçant la triste nouvelle. Née dans les Hauts-de-Seine en 1915, Raymonde Tillon perd ses parents lorsqu'elle a cinq ans. Quinze ans plus tard, elle adhère au Parti Communiste et épouse en 1935 son premier mari Charles Nédélec, également militant.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, Raymonde Tillon s'engage dans la Résistance, fait pour lequel elle sera condamnée à des travaux forcés avant d'être déportée dans des camps en Allemagne en 1944. En avril 1945, elle s'évade et rejoint Marseille. La même année, elle est élue parmi les 33 premières femmes députées de France et fait de la protection des personnes âgées et des femmes veuves ses priorités. En 1951, six ans après la disparition de son premier mari, Raymonde épouse Charles Tillon, alors responsable du Parti Communiste. En 1970, la résistante se fait exclure après s'être opposée en 1968 à l'action de l'Union Soviétique en Tchécoslovaquie.
​​​​Les membres du gouvernement n'ont pas manqué de lui rendre hommage sur les réseaux sociaux, à l'instar de Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes pour qui "Raymonde Tillon incarne courage et fidélité à un idéal".