Mini-Miss : les concours interdits en Belgique

Véritable institution aux Etats-Unis, les concours de mini-miss font polémique en Europe. Après la France, en 2013, c'est au tour de la Belgique de légiférer contre ces compétitions, jugées contraires à l'intérêt supérieur de l'enfant.

© Andriy Petrenko

La Belgique emboîte le pas à l'Hexagone. Trois ans après la France, c'est au tour du plat pays de légiférer contre les concours de mini-miss. La toute première édition devait se tenir le 21 juillet dans la ville de La Panne, mais Kris Peeters, vice-Premier ministre belge, également ministre de l'Emploi, s'y est opposé, déclarant cette compétition illégale. Selon Le Soir, il a assuré qu'"une participation à une élection de mini-miss ou de mini-mister [relevait] de la législation relative au travail des enfants", ce qui "signifie que c'est interdit". La décision du ministre fait suite à un avis des services du Contrôle des lois sociales, qui a estimé que ces concours comportent "des risques pour l'épanouissement physique, mental, moral et social des enfants".
En France, le Sénat a interdit les concours de mini-miss pour les enfants de moins de 16 ans en septembre 2013, sur une proposition de Chantal Jouanno. Véritable institution aux États-Unis, ces concours existent depuis le début des années 1960. Les fillettes, maquillées et habillées comme des adultes, défilent sous le regard ému de leurs parents, parfois dès l'âge de 2 ans. Présentée comme un moyen d'atteindre le fameux "rêve américain", la compétition fait plutôt cauchemarder en Europe...

© Andriy Petrenko

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi :