Benoîte Groult, figure du féminisme, est morte

DISPARITION - Benoîte Groult, auteure et icône féministe, est décédée à 96 ans. L’écrivaine a, entre autres, été la première à dénoncer les mutilations génitales sur les femmes et publié la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.

© BALTEL/SIPA

En 2011, elle faisait don de ses documents au Centre des Archives du Féminisme. Benoîte Groult est morte le 21 juin 2016 à l'âge de 96 ans. Écrivaine, journaliste et surtout féministe, la romancière a fait de la défense des droits des femmes le fil conducteur de sa vie, notamment dans ses œuvres littéraires. En 1975, elle publie Ainsi soit-elle dans lequel elle s'oppose aux mutilations génitales féminines. Dès lors, elle ne quitte plus cet objectif. Dans la foulée, elle fonde un mensuel féministe, F Magazine. Elle préside pendant deux ans la Commission de terminologie pour la féminisation des noms de métiers, de grades et de fonctions, créée par la ministre des Droits des femmes de l'époque, Yvette Roudy. Elle devient membre du jury Femina et publie en 1986 la totalité de la fameuse Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, écrite par Olympe de Gouges en 1791. Jusqu'au bout, Benoîte Groult aura défendu la condition de la femme, affirmant : "Rien ne changera profondément aussi longtemps que ce sont les femmes elles-mêmes qui fourniront aux hommes leurs troupes d'appoint, aussi longtemps qu'elles seront leurs propres ennemies." Au revoir, madame.

Voir aussi :