La maternité, gage de féminité pour le président turc

Le chef de l'État turc est très préoccupé par sa politique de natalité. Pour lui, les femmes doivent être des mères avant tout. Et il le crie haut et fort depuis des mois.

© WITT SIPA

"Je recommanderais d'avoir au moins trois enfants", a déclaré le président turc, Recep Tayyip Erdogan. Une bonne moyenne estimée par... lui-même. Enfanter semble décidément être le principal souci du chef de l'État,qui ne cesse de prodiguer des conseils en faveur de la grossesse et des familles nombreuses. En mars 2016 déjà, le conservateur s'était prononcé en ce sens. La femme en charge des tâches ménagères et de l'éducation des enfants et les hommes au pouvoir, c'est son dada... Belle mentalité pour l'égalité ! Pire encore, pour lui, la gent féminine n'est rien sans maternité. Il a affirmé lors de son discours pour l'inauguration du nouveau siège de l'Association des Femmes turques et de la Démocratie (KADEM) : "Rejeter la maternité signifie renoncer à l'humanité" ou encore "une femme qui dit 'je ne veux pas être mère parce que je travaille' rejette en fait sa propre féminité". 
Bien que sa remarque soit sexiste à souhait, on devine néanmoins une autre motivation, cette fois-ci économique et démographique. Selon Le Parisien, le leader de la Turquie aurait ajouté que "les familles fortes mènent aux nations fortes". Pour autant, il ne devrait pas s'inquiéter car la Turquie comptait près de 79 millions d'habitants en 2015. Si les citoyens ne le suivent pas dans sa démarche, Erdogan, déjà père de quatre enfants, a déjà rempli sa part du contrat. 

Recep Tayyip Erdogan © WITT/SIPA

Voir aussi :