Et si le congé maternité était accordé... à tous ?

Meghann Foye est l’auteure de Meternity. À presque 40 ans, cette femme sans enfants a néanmoins pu profiter d’un congé maternité... et en a fait un livre. Aucune raison pour elle que certaines aient plus de temps que d’autres à consacrer à leur vie personnelle.

© georgerudy

Meghann Foye va faire parler d'elle. La pétillante femme de 38 ans vient de publier son premier roman, Meternity. Sur des accents autobiographiques, elle raconte la folle aventure d'une employée souhaitant profiter d'un congé maternité… Sans même attendre un enfant. Loufoque ? Pas forcément. L'écrivaine prône ce droit "parental" pour tous et elle a de bonnes raisons. Dans un article du New York Post, elle défend l'idée que chacun devrait se voir accorder un minimum de temps par son employeur afin de se recentrer sur sa vie personnelle et ses propres intérêts.
L'idée la prend en 2009. Alors éditrice de magazine, Meghann a l'impression de devoir combler le vide laissé par ses collègues quittant le bureau à 18h pour leurs enfants contrairement à elle, qui n'en a pas : "'Je dois aller chercher mes enfants pour quitter le boulot', ça a plus de poids que 'ma meilleure amie s'est fait poser un lapin et elle a besoin d'une margarita' - alors que dans les deux cas, il s'agit de votre vie personnelle".
Un fond de vérité qui n'est pas du goût de tout le monde. Pour certains, elle viendrait décrédibiliser le congé maternité. Kyle Smith, chroniqueur au New York Post, s'est insurgé de cette comparaison, une femme venant de "subir une césarienne et enchaînant les nuits de 3 heures" ne pouvant pas être mesurée à une autre qui a "juste besoin de vacances". Le débat sur le congé maternité, déjà fortement discuté, pourrait bien être relancé.

Meghann Foye, auteure de Meternity © Facebook Meghann Foye

Voir aussi :