Donald Trump voudrait "punir" les femmes qui avortent

La course à l’investiture républicaine américaine va-t-elle virer au fiasco pour Donald Trump ? Malgré les propos plus que douteux qu’il a pu tenir, le candidat restait favori. Cependant, sa récente déclaration sur l’avortement pourrait bien lui jouer des tours…

© Chris O'Meara/AP/SIPA

"Il doit y avoir une certaine forme de punition", a répondu Donald Trump à Chris Matthews sur MSNBC, quand ce dernier lui a demandé si l'avortement devait être condamné. Un discours qui fait trembler l'Amérique, car en rendant l'IVG illégale, le candidat républicain à l'élection américaine s'attaque non seulement aux droits des femmes, mais également à une institution symbolique américaine, la "Roe v. Wade", décision de la Cour Suprême prise en 1973 qui reconnaît l'avortement comme droit constitutionnel.
Si jusqu'alors, ses phrasés sulfureux trouvaient étonnamment leur public, le milliardaire pourrait bien cette fois perdre son statut inouï de favori. Ce qui expliquerait sa soudaine rétractation, pourtant loin de le sortir d'affaire, qu'il a annoncée via un communiqué. Le politicien préfère finalement punir les médecins qui pratiqueront les avortements. Une tentative vaine de rattraper une énième erreur ? Non, puisque l'idée reste la même. Hillary Clinton, candidate démocrate, a clamé haut et fort son dégoût envers cet homme aux idées extrémistes. Et nombreux sont les soutiens qui s'indignent face à de telles opinions. Un aspirant au pouvoir redoutable, cynique et prêt à tout, poussant même les médias à se remettre en question.