Violences conjugales : les jeunes handicapées principalement touchées

L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) a dressé le portrait-robot des victimes de violences au sein du couple. Et ce sont les femmes qui trinquent : elles sont en moyenne âgées de moins de 25 ans, plus qualifiées que leur conjoint et handicapées.

© Loganban

L'ONDRP s'est penché sur la typologie des victimes de violences conjugales. En l'espace de deux ans, au moins 400 000 personnes ont subi les agressions physiques ou verbales de leur partenaire. Un nombre considérable qui mérite de s'y intéresser de plus près. En moyenne, la victime est une femme de moins de 25 ans (35 cas sur 1000). Et si de base, les bourreaux sont inexcusables, le "sans-scrupule" les qualifierait parfaitement lorsque l'on sait que 39‰ des abusées ne sont pas en possession de tous leurs moyens, puisqu'elles souffrent de handicap ou de "gênes dans la vie quotidienne".
Peu de chance de se défendre donc. Côté diplômes, il est ressorti de l'étude que les agresseurs sont moins qualifiés que leur conjointe (40 femmes sur 1000 l'ont affirmé lors de dépositions). Les rôles peuvent s'inverser parfois puisque 120 000 hommes ont témoigné dans le cours des deux dernières années pour dénoncer la violence de leur compagne.

© loganban - 123RF

Voir aussi :