Tout en Haut du Monde : sur la piste des grandes exploratrices

Dans "Tout en Haut du Monde", sublime film d'animation réalisé par Rémi Chayé, au cinéma le 27 janvier, la jeune Sacha part sur les traces de son grand-père, explorateur de renom disparu dans le Grand Nord. Son personnage, à la fois déterminé et passionné, s'inscrit dans la lignée des grands exploratrices qui ont marqué l'Histoire.

Tout en Haut du Monde : sur la piste des grandes exploratrices
© Diaphana Distribution

Christophe Colomb, Marco Polo ou David Livingstone... Autant de noms familiers à l'oreille du grand public. Mais si les livres d'Histoire sont majoritairement parcouru de patronymes d'explorateurs, la découverte de notre planète s'est aussi écrite au féminin. A l'image de Sacha, l'héroïne de Tout en Haut du Monde, au cinéma le 27 janvier, de nombreuses femmes ont défié l'ordre établi pour parcourir les routes et témoigner de ce qu'elles ont vu.                      

Parmi elles, la Britannique Isabella Bird. A la fin du XIXe siècle, cette grande voyageuse a traversé l'Australie, le Colorado, le Japon, la Chine, le Vietnam, Singapour, la Turquie ou le Tibet. A presque 60 ans, elle découvrait encore l'Inde. Les récits de ses périples ont été publiés dans les magazines de l'époque. En 1892, elle devenait la première femme à intégrer la Société géographique royale d'Angleterre, destinée à soutenir des expéditions et travaux de terrain ainsi que des programmes de recherche et d'éducation.                                                                                                                                                                                                                          

Aux Etats-Unis, Nellie Bly est une institution. Cette reporter, pionnière du journalisme d'investigation, s'est forgée une jolie réputation dans le reportage clandestin, principalement sur le monde ouvrier. En 1887, Joseph Pulitzer l'engage au New York World après lui avoir lancé le défi de s'infiltrer dans un asile pour femmes. Nellie Bly s'exécute : elle s'invente des problèmes psychiatriques et se fait passer pour folle. Les médecins n'y voient que du feu. Elle est internée dix jours et publie après cette expérience un reportage dans lequel elle dévoile les conditions de vie déplorables des malades. Le scandale qui suit entraînera un changement dans les pratiques du milieu. Elle est aussi la première femme à avoir fait le tour du monde sans être accompagnée par un homme. Avec cet exploit, elle cloue le bec à George W. Turner, responsable financier du New York World, qui estimait qu'une femme était incapable d'un tel périple. 
Au Danemark, Karen Blixen sert de modèle. Après avoir rejetté le mode de vie bourgeois imposé par son milieu, cette écrivaine s'est établie avec son fiancé au Kenya, où elle a créé une plantation de café, qu'elle a géré pendant près de dix ans. De cette expérience, elle a tiré de nombreux ouvrages dont le célèbre roman La Ferme Africaine, adapté au cinéma en 1986 par Sydney Pollack sous le titre Out of Africa avec Meryl Streep et Robert Redford. 

L'affiche du film, au cinéma le 27 janvier 2016

La France, terre d'exploratrices     

La France compte aussi son lot de pionnières. Alexandra David-Néel d'abord. Dans les années 1890, cette féministe tombe amoureuse de l'Inde et des sommets de l'Himalaya et se convertit au bouddhisme, à 21 ans. Des années plus tard, elle rencontre en Inde le 13e dalaï-lama en exil. En 1916, elle gagne le Tibet, sans obtenir l'autorisation des autorités qui décident de l'expulser. La Première Guerre mondiale rendant impossible son retour en Europe, Alexandra David-Néel parcourt l'Inde, le Japon, la Corée et la Chine. Elle est la première européenne à séjourner à Lhassa, la capitale du Tibet, en 1924, déguisée en mendiante. De retour en France, elle raconte ses voyages dans des publications et lors de nombreuses conférences.

Dans un autre domaine, la Française Odette du Puigaudeau a aussi marqué l'Histoire. Après avoir suvi des cours d'océanographie à la Sorbonne, elle devient, en 1929, à 35 ans, l'une des premières femmes à embarquer sur un navire spécialisé dans la pêche du thon. Son livre, Grandeur des Iles, retrace les rencontres et aventures vécues entre Ouessant, Groix et l'île de Sein. Elle tente ensuite de rejoindre une expédition à destination du Groenland, menée par le commandant Charcot, mais celui-ci s'oppose à sa présence. Elle découvre ensuite le Sahara et écrit plusieurs ouvrages sur les peuples de la région. Anita Conti est une autre figure forte de l'exploration française. Cette océanographe a accompli un travail inédit en établissant une carte des zones de pêche au début des années 30, ce qui n'avait encore jamais été fait. Après une expédition dans les régions arctiques, elle est la première à alerter l'opinion sur les conséquences de la surpêche et de la surexploitation des océans. Pionnière de l'aquaculture, elle a aussi milité pour la réduction du gaspillage à bord des bateaux et l'utilisation de filets de pêche sélectifs. 
En Suisse, on loue les exploits d'Ella Maillart. Photographe et écrivain, elle a réalisé plusieurs reportages en 1934 pour Le Petit Parisien dans l'Etat du Mandchoukouo, mis en place au Nord-est de la Chine et contrôlé par le Japon, jusqu'en 1942. Là, elle rencontre Peter Fleming, agent du MI6 et frère de l'écrivain Ian Fleming, qui s'en est inspiré pour créer le personnage de James Bond. Avec lui, elle relie Pékin à la ville de Srinagar, dans le nord-ouest de l'Inde. Elle réalise divers reportages en Afghanistan, en Iran et en Turquie. En 1989, elle reçoit le prix Alexandra David-Néel, du nom de son illustre consœur. 

A cette liste, non exhaustive, il faut désormais ajouter le nom de Sacha. L'héroïne de Tout en Haut du Monde, délaisse le confort des salons de Saint-Pétersbourg pour parcourir le Grand Nord. Bien que fictif, le périple de ce beau personnage, fort et fier, pourrait susciter des vocations... 

Regardez la bande-annonce de Tout en Haut du Monde

 

Voir aussi :