Mesdames, voici les mesures qui vous éviteront le harcèlement dans les transports

Les secrétaires d'Etat aux Transports et aux Droits des femmes ont dévoilé jeudi 9 juillet les mesures proposées par le gouvernement pour lutter contre le harcèlement dans les transports en commun. Douze pistes sont détaillées, dont la mise en place d'un système d'alerte par SMS.

© kasto / Fotolia

Selon un rapport du Haut conseil à l’égalité femmes hommes (HCE/fh), rendu public en avril, 100 % des utilisatrices indiquent avoir été victimes de harcèlement ou d’agressions sexuelles au moins une fois dans leur vie dans les transports en commun. Face à ce constat alarmant, le gouvernement a annoncé qu’il allait plancher sur une série de mesures. Les secrétaires d’Etat aux Transports et aux Droits des femmes, Alain Vidalies et Pascale Boistard, ont présenté les conclusions de leur réflexion jeudi 9 juillet. Leur plan de lutte contre le harcèlement dans les transports prévoit 12 mesures, définies en concertation avec la SNCF et la RATP. Certaines d’entre elles figuraient déjà dans les recommandations du HCE/fh.
Le gouvernement a annoncé l’expérimentation de marches participatives durant lesquelles des femmes visiteront gares et stations pour "identifier les aménagements insécurisant ou pouvant être améliorés". Cela concerne l’éclairage ou la vidéoprotection, par exemple.
En ce qui concerne le signalement d’un acte de harcèlement, un système d’alerte par SMS va être mis en place avant la fin de l’année. Les passagers pourront composer le numéro d’urgence de la SNCF, le 3117, ou celui de la RATP, le 3246. Pascale Boistard a aussi envisagé la possibilité de les fusionner. Des applications de géolocalisation, considérées comme plus discrètes et plus efficaces, sont également à l’étude.

Un dispositif d’arrêt de bus à la demande  
Le plan prévoit aussi de lutter contre les publicités sexistes dans les transports en commun, qui "créent un environnement hostile pour les femmes". Les campagnes publicitaires devront notamment veiller à respecter ce critère pour être validées. "On ne peut pas lutter contre le harcèlement sexiste et continuer à produire des images qui dégradent l’image de la femme (...) Cela contribue à considérer que la femme est disponible", a assuré Pascale Boistard.
Une campagne de sensibilisation sera également lancée dans les transports et sur Internet à l’automne à travers des affiches qui rappelleront les sanctions pénales encourues par les harceleurs et inciteront les usagers à intervenir. 
Les personnels des sociétés de transports recevront une formation pour venir en aide aux femmes victimes de violences et le gouvernement veut favoriser leur mixité.
Enfin, sur le modèle de ce qui existe déjà au Canada, la ville de Nantes testera un dispositif d’arrêt de bus à la demande le soir pour éviter aux femmes qui rentrent seules de longs trajets à pied. Celles-ci pourront être déposées où elles le souhaitent, même en l’absence d’un arrêt. Toutes ces mesures devraient être mises en place à la rentrée. Dommage que le harcèlement ne prenne pas de vacances...

Voir aussi :