Agression sexuelle : Bill Cosby reconnu coupable

A l'issue de trois semaines de procès l'opposant à Andrea Constand, Bill Cosby a été jugé coupable d'agression sexuelle. L'octogénaire risque 30 ans de prison.

Agression sexuelle : Bill Cosby reconnu coupable
© Matt Rourke/AP/SIPA

[Mis à jour du 27 avril 2018 à 12h55] Bill Cobsy va être condamné. C'est la décision rendue par le tribunal de Pennsylvanie et son jury populaire, après trois semaine de procès. L'ancienne star de la télévision américaine a été jugée coupable des trois chefs d'inculpations qui étaient retenus contre elle. Pour la justice, il a bien drogué et agressé sexuellement l'ancienne basketteuse Andrea Constand en 2004. Il risque désormais 30 ans de prison. Cette décision confirme un tournant dans le traitement des cas d'agression sexuelle suite aux retentissements de l'affaire Weinstein. La seule réaction de Bill Cosby a été de balancer un "il n'a pas d'avion connard !", quand le procureur a demandé à ce qu'il soit écroué dans l'attente de la peine finale, pour éviter qu'il ne s'enfuie par les airs.

Hollywood tremble en voyant ses maîtres tomber un à un. Accusé d'abus sexuels et de viol par plus de 60 femmes, l'ancien roi de la télévision américaine Bill Cosby fait face à un deuxième procès qui s'est ouvert lundi 9 avril à Norristown, en Pennsylvanie. Cette nouvelle audience l'oppose à Andrea Constand, seule victime pour laquelle la prescription ne s'applique pas. Cinq autres femmes, dont les faits ne peuvent plus faire l'objet de poursuites pénales, sont autorisées à témoigner par le juge Steven O'Neil. En 2004, l'acteur aujourd'hui âgé de 80 ans aurait drogué la coach de basket – 30 ans à l'époque – qui se serait réveillée pendant que l'acteur se livrait à des attouchements sur elle. En l'absence d'un consensus parmi les jurés, le premier procès de la star de The Cosby Show (1984-1992) avait été abandonné en juin 2017.

Le spectre #MeToo

En quelques mois, les règles ont changé. Depuis la chute du mogul Harvey Weistein. les agressions sexuelles ne sont plus banalisées, les victimes plus muselées ou décrédibilisées.  "Le mouvement MeToo va probablement beaucoup redéfinir ce procès, avec un climat beaucoup plus dangereux pour la défense", affirme sur Libération Melissa Gomez, experte en sélection de jurés basée à Philadelphie, qui a assisté au premier procès. "Désormais, on ne doute plus si facilement de la validité d'accusations d'agressions sexuelles simplement parce qu'elles refont surface des années après les faits présumés. Lors du premier procès, la défense a largement fondé son argumentation sur le fait qu'Andrea Constand avait mis des années à raconter son histoire à la police." Bill Cosby devra donc affronter non pas une, comme l'an dernier, mais cinq accusatrices.

Un nouvel avocat, redoutable 

Pour sa défense, Bill Cosby a fait appel à l'avocat Tom Mesereau, qui avait obtenu l'acquittement de Michael Jackson en 2005, alors accusé d'attouchements sexuels sur des enfants. Déterminé, le juriste originaire de Los Angeles aurait fait pression pour déloger le juge O'Neil de ses fonctions, accusant sa femme d'être proche d'associations qui viennent en aide aux victimes d'abus sexuels. Tom Mesereau appellera à la barre une ancienne collaboratrice d'Andrea Constand, prête à affirmer que la victime s'était félicitée de se faire de l'argent sur le dos d'une star. S'il est reconnu coupable, Bill Cosby risque jusqu'à 30 ans de prison.

Voir aussi :