Bill Cosby : son procès annulé

Bill Cosby comparaissait devant la justice américaine pour agression sexuelle. A la suite d'un désaccord parmi les membres du jury, le procès vient d'être annulé. L'acteur américain, qui encourait au minimum 10 ans de prison, sera rejugé lors d'une seconde audience.

Bill Cosby : son procès annulé
© Matt Rourke/AP/SIPA

[Mise à jour du 19 juin 2017 à 10:56] Le procès de Bill Cosby a été annulé. Malgré les aveux du comédien, qui a reconnu s'être livré à des attouchements "consentis" selon lui sur Andrea Constand en janvier 2004, le jury n'est pas parvenu à rendre un verdict unanime. Les incohérences présentes dans le discours de la victime, habilement soulignées par la défense, n'ont pas convaincu les jurés. Le procureur du comté de Montgomery, Kevin Steele, qui avait inculpé l'homme de 79 ans, a immédiatement demandé un second procès, qui ne devrait pas débuter avant plusieurs mois. Bill Cosby demeure inculpé et en liberté sous caution.

Lundi 5 juin, Bill Cosby, accusé d'agressions sexuelles par plus de 50 femmes, répondait enfin de ses actes devant la justice américaine. Le procès de l'acteur de 79 ans s'est ouvert au tribunal de Norristown, petite ville de la banlieue de Philadelphie. Devenu complètement aveugle, c'est vêtu d'un costume noir et au bras de Keshia Knight Pulliam, une des stars du célèbre Cosby Show, que William Henry Cosby Jr s'est rendu à l'audience.

Un procès, une femme

Depuis l'inculpation de Bill Cosby en décembre 2015, près d'une soixantaine de femmes, dont l'actrice Lili Bernard et la mannequin Janice Dickinson, ont déclaré avoir été victime d'abus sexuels entre 1965 et 2008. Andrea Constand est la seule pour laquelle les faits ne sont pas prescrits pénalement. Elle affirme avoir été agressée sexuellement en 2004, lors d'une visite au domicile de l'acteur américain. Ce dernier l'aurait droguée et incitée à boire du vin, pour ensuite se livrer à des attouchements. Le mélange l'aurait empêchée de se défendre selon elle. Pour l'adjointe du procureur du comté de Montgomery, Kristen Feden : "Elle ne pouvait pas résister, mais elle ne pouvait pas consentir non plus.

Un premier témoignage important 

Le procès a débuté avec les déclarations d'une autre victime, Kelly Johnson. Elle argue avoir été agressée sexuellement en 1996, dans le bungalow d'un hôtel californien, dans des conditions étrangement similaires à celles d'Andrea Constand. Anciennement assistante de l'agent de Bill Cosby, la jeune femme aurait été licenciée pour faute professionnelle juste après l'incident. En larmes, elle a raconté son agression au jury, décrivant un Bill Cosby manipulateur et effrayant. "J'avais un secret concernant la plus grande célébrité au monde, à l'époque, a-t-elle confié. J'avais peur, très peur." L'accusation espérait pouvoir appeler d'autres victimes à témoigner, mais le juge Steven O'Neil a refusé. 
Pour l'avocat principal de Bill Cosby, Brian McMonagle, qui souhaite décrédibiliser le camp adverse, Kelly Johnson aurait fait évoluer sa version des faits. Durant l'audience, il a longuement cité des déclarations datant de 1996 qui contredisent quelques éléments du récit fait en 2015, comme la date de l'incident du bungalow par exemple. "Aujourd'hui, avec votre aide, j'ai l'occasion de réparer une injustice", a-t-il déclaré au jury. Pour lui, "une accusation infondée" est pire qu'une agression sexuelle

Le témoignage d'Andrea Constand est attendu dans les prochains jours. L'acteur de 79 ans, qui ne devrait pas s'exprimer lors de son procès, encourt au minimum dix ans de prison.

Voir aussi :