Robert Downey Jr.

Biographie

Date de naissance 04/04/1965
Lieu de naissance New York
Pays Etats-Unis
Signe astrologique Bélier
En couple avec Susan Downey
Amis Mel Gibson, Jake Gyllenhaal, Kiefer Sutherland

Robert Downey Jr. «bad boy» de charme

Freiné par ses excès, Robert Downey Jr. a connu de longues traversées du désert avant de retrouver le chemin des tapis rouges. À 48 ans, l'acteur choyé d'Hollywood savoure ses victoires et teinte son succès d'un parfum de revanche. L'alcool, la drogue, les femmes' Rien ni personne n'aura raison de lui.

Robert Downey Jr.: une carrière en dents de scie

D'origine irlandaise, Robert Downey Jr. naît à New York le 4 avril 1965. À 5 ans, il fait ses premiers pas d'acteur et se découvre une passion pour les caméras. Il s'inscrit à l'université, pratique la danse classique et sillonne les auditions. En 1992, Robert décroche le rôle-titre de «Chaplin» et passe à un cheveu de l'Oscar. Grisé par son succès, il sombre dans l'alcoolisme et tombe pour possession de drogue. Le 7e art le boude. Mis à la porte d'« Hally McBeal», l'acteur intègre un programme de réhabilitation. En 2008, il revient en fanfare dans « Iron Man » et regagne les faveurs du public. L'année suivante, Guy Ritchie l'embauche pour incarner Sherlock Holmes aux côtés de Jude Law. Oubliés les dérapages!

Robert Downey Jr.: les années de déboires

Dès l'enfance, Robert Downey Jr. baigne dans la drogue. Son père, toxicomane à ses heures, l'initie très tôt à la marijuana et l'incite à consommer de l'alcool. «C'était le seul lien qui nous unissait, lui et moi», confesse l'acteur. À Hollywood, ses vieilles habitudes ne cessent pas. Pire, elles s'aggravent. De 1996 à 2004, Robert est arrêté à maintes reprises pour détention de stupéfiants, conduite en état d'ivresse et port d'armes illégal. Lassée de ses excès, Sarah Jessica Parker met les voiles. Deborah Falconer suivra bientôt son exemple. Malgré ses nombreux séjours en désintox, l'acteur ne parvient pas à chasser ses démons et disparaît des écrans radars. Ravis d'être aux premières loges de sa descente aux enfers, les médias enfoncent le clou: ils inventent le «Downey syndrome», expression moqueuse qualifiant l'idiotie notoire des alcooliques. Mais en 2003, le vent tourne. Sur le tournage de «Gothika », Robert s'entiche de la productrice, Susan Levin, et lui passe la bague au doigt. «Le vieil adage dit vrai», déclare-t-il. «Derrière chaque grand homme se cache une femme incroyable. Je dois tout, ma guérison, mon succès, mon bonheur, à Susan». En 2011, sa belle affiche de jolies rondeurs et donne naissance, 9 mois plus tard, au petit Exton Elias.

Actualités

Dossiers