Charlotte Gainsbourg, l'embrasée

Elle est une artiste totale, mais bazarde difficilement un "sentiment d'imposture". Exposée depuis sa prime jeunesse, cette enfant terrible et timide ne refuse plus le jeu des médias. Actrice magistrale, musicienne et chanteuse surdouée, plasticienne à ses heures, elle se livre, facétieuse, heureuse et apaisée par la création. Voix douce et rocailleuse, diction précise, Charlotte Gainsbourg nous expose ses fêlures et ses joies, avec humour et tendresse. Mélodieuse rencontre.

Charlotte Gainsbourg, l'embrasée
© NIVIERE/VILLARD/SIPA

Charlotte, quel est votre talent caché ?
Charlotte Gainbourg : La patience, ça marche ? Sinon, je ne suis pas très douée...

De quelle chanson ou musique ne vous lassez vous pas ?
Les Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach.

Dormez-vous la nuit ?
Une fois que je suis parvenue à trouver le sommeil, oui...

Votre dernier fou rire ?
Merde, je ne m'en rappelle plus, cela devait être avec Yvan !

Qu'est ce qui peut vous agacer ?
La prétention.

Qu'aimez-vous chez vous ?
Olala… Pas mon image en tout cas, je ne supporte pas de me voir. Peut-être un grain de beauté.                     

Vous souvenez-vous de votre fantasme d'adolescente ?
Oui, mais c'est ne pas racontable et j'aurais honte de vous l'exprimer (rires) !

Y-a-t-il un mot que vous aimez particulièrement entendre ou prononcer ?
Je réfléchis… J'aime bien les défauts d'élocution. Ce n'est pas un nom ou un verbe en en particulier, plutôt la manière de parler des adultes qui réitèrent leurs erreurs d'enfant...

Qu'est-ce qui vous fait le plus de bien ?
Du bien, pas forcément, mais ce qui signifie vraiment, c'est assouvir le manque.

A qui mentez-vous le plus ?
A moi-même, sans hésiter !

Est-ce que vous avez des bonheurs simples ?
Je suis une grande buveuse de thé… Enfin ce n'est pas un péché mignon évident car je suis de plus en plus maniaque et exigeante dans la préparation : il faut qu'il soit à une certaine température, qu'il soit très bien choisi… Alors disons : un toast avec du beurre.

Est-ce que l'on trempe le toast dans la tasse ?
Ah non, surtout pas ! Ma Madeleine de Proust, mais que je revisite peu, c'est le thé au lait. Ce n'est pas un sacrilège parce que l'on prend du thé noir dégueulasse très bon marché appelé PG Tips. Ce sont des sachets en vrac vraiment immondes. Pour camoufler le goût, on met beaucoup de lait et de sucre. C'est à la fois ce que je buvais chez ma grand-mère russe et le "cup of thea" de ma grand-mère anglaise. Nostalgie...

Savez-vous ne rien faire, profiter de l'instant présent ?
Je tends vers cela, comme un but, comme une envie, mais je ne sais pas encore le faire. Lorsqu'on a des enfants, une vie active, c'est un luxe. Je me l'offre, parfois. Cela m'est arrivé de dire à tout le monde que j'étais occupée, alors j'étais chez moi à paresser, mais je tombe très vite dans la culpabilité.

Quel est votre plus grand luxe, justement ?
Avoir le temps de me consacrer à mes enfants (Ben, 20 ans, Alice, 15 ans et Joe, 6 ans, ndlr). C'est une chance d'aller en tournage pendant plusieurs mois, puis de m'arrêter complètement. Ma mère m'a élevée comme cela : elle menait des projets professionnels, et d'un seul coup, elle ne faisait plus rien, venait nous chercher à l'école, passait des après-midi entiers avec nous.    

Voulez-vous nous partager votre dernier coup de cœur ?
Je vais vous étonner, mais c'est une série télé : The Crown*. Je n'ai pas encore vue la saison 2, mais c'est un plaisir que je vais m'accorder très vite.  

Avez-vous eu un coup de blues récemment ?
A chaque fois que je viens à Paris, c'est compliqué à cause des souvenirs. Cette ville me rend malheureuse, mais c'est chez moi, plus encore que  New York où j'habite...

Un coup d'éclat à partager ?
La sortie de La Promesse de l'Aube, le suspense du nombre d'entrées est excitant…

La reconnaissance du public vous importe-t-elle autant que votre performance ?
Je n'ai pas fait beaucoup de succès populaires à part Samba et Prête-moi ta main avec Alain Chabat, pourtant, j'adore ce genre de comédies. Je suis absente des réseaux sociaux donc je n'ai pas de contact, de prise directe avec les spectateurs, mais cela me fait énormément plaisir quand je sens que je résonne chez les gens. On se cache derrière des motivations personnelles, mais le but n'est pas de faire un album ou un film pour soi. Une réponse positive, cela fait un bien immense !     

*- : Un programme Netflix sur la reine du Royaume-Uni Elisabeth II

Dans les bacs : REST de Charlotte Gainsbourg, Because Music
Au cinéma : La Promesse de l'Aube d'Eric Barbier