Isabelle Huppert à Cannes : "J'adorerais jouer un homme"

Icône du cinéma français, Isabelle Huppert s'est exprimée sur la place des femmes dans le 7e art et sur ses envies, à quelques jours de présider la soirée anniversaire du Festival de Cannes.

Isabelle Huppert à Cannes : "J'adorerais jouer un homme"
© Vittorio Zunino Celotto

Il suffit de prononcer son nom pour déclencher admiration et respect. Isabelle Huppert est une légende vivante du cinéma. C'est sûrement pour cela que Thierry Frémaux lui a demandé de présider la soirée en l'honneur des 70 ans du Festival de Cannes, le 23 mai. L'icône est aussi présente en compétition officielle, magnifiée par Michael Haneke pour la quatrième fois de sa carrière avec Happy Ends. Elle recevra également le prix Women in Motion de Kering, récompensant des femmes inspirantes du 7e art. Trois preuves que pour ses rôles toujours intenses et par le mystère qu'elle dégage, Isabelle Huppert fascine toujours. "Comme disait Cocteau, je suis un mensonge qui dit la vérité. Le cinéma nous permet de revêtir des masques et de décliner nos multiples facettes", analyse-t-elle lors du talk organisé par Kering en son honneur. Quand on lui fait remarquer qu'elle a presque toujours incarné des femmes avec une part obscure, elle rétorque : "J'ai avant tout joué des femmes qui luttent pour leur liberté."

"Je sais repérer le danger"

Entre force et vulnérabilité, ses rôles lui ont permis de se forger une solide réputation et d'éviter les écueils souvent réservés aux femmes dans le milieu. "Je n'ai jamais été confrontée au sexisme parce que je sais repérer le danger et l'éviter. Je n'aurais pas supporté." Alors qui de mieux que Pedro Almodovar, l'homme qui aimait les femmes, pour la mettre en lumière ? Isabelle Huppert admet nourrir l'espoir de jouer un jour sous la direction du président du jury cannois : "Ses films allient la légèreté du roman-photo et la profondeur des personnages. C'est fabuleux." Mais plus que tout, la comédienne aimerait changer de sexe pour le grand écran. "J'adorerais jouer un homme. C'est le travestissement ultime... Mais je suis très contente d'être une femme, sûrement parce que ce sont elles qui donnent la vie."

Voir aussi :