Michael Bublé : "Nobody But Me est mon album le plus sincère"

Michael Bublé revient dans les bacs ce 21 octobre, avec "Nobody But Me", un album touchant reprenant plusieurs standards de soul et jazz. Rencontre avec un artiste passionné.

© Evan Kheraj

Il s'était fait discret depuis 3 ans… Trois années pendant lesquelles le canadien Michael Bublé s'est consacré à sa famille qui s'est agrandie avec l'arrivée de deux enfants. Pour son grand retour, l'artiste signe un album intime et touchant. Nobody But Me, ce sont 13 titres dont plusieurs reprises de classiques de Franck Sinatra, Nina Simone ou encore Billie Holliday. A quelques semaines de la sortie de l'opus, c'est un artiste serein et confiant que nous rencontrons. Fier de ce nouvel album qu'il a entièrement produit et qu'il considère comme son album le plus sincère, Michael Bublé est comme on l'imagine, généreux et passionné. Confidences.

Le Journal des Femmes : Parlez-moi de ce nouvel album Nobody But Me.
Michael Bublé : Tous les artistes doivent vous dire que c'est le meilleur album qu'ils aient jamais fait, mais, la différence entre eux et moi, c'est que c'est vraiment le meilleur album que j'ai jamais fait (rires). J'ai mis tout mon amour et ma passion dans ce projet. Et pour la première fois de ma vie, j'en ai entièrement pris le contrôle en endossant le rôle de producteur. C'était un challenge mais c'est tellement gratifiant d'avoir réussi à le terminer. C'est sans doute l'un de mes albums les plus spéciaux, réels et organiques.

En quoi se différencie-t-il de vos précédents opus ?
Toute la musique pop que j'ai faite auparavant est une musique assistée par ordinateur. Avec les standards, je suis honnête, c'est réel. Quand je chante God Only Knows, The Very Though Of You ou My Baby Cares For Me, c'est sincère et spontané. Je n'ai pas refait 15 fois les mêmes prises jusqu'à ce que ce soit parfait, avant de tout remixer à l'auto-tune. Là, c'est Michael Bublé qui est en studio entouré de 70 grands musiciens, qui chante une chanson, et qui pense ce qu'il dit. Tout simplement.

Justement, vous avez repris God Only Knows des Beach Boys. Une version beaucoup plus émouvante que l'originale.
Quand je reprends un titre que je n'ai pas écrit, je souhaite y intégrer mon univers pour que l'histoire racontée devienne la mienne. God Only Knows est selon moi, l'une des plus belles chansons jamais écrites et la reprendre était l'un des plus grands challenges de ma vie. Je me rappelle que j'étais dans l'avion, je pensais à mes enfants et ça a fait tilt. Le lendemain, je suis rentré en studio, j'ai demandé aux techniciens d'installer le micro près du piano, d'éteindre toutes les lumières, j'ai mis une photo de mes enfants sur mon téléphone que j'ai posé devant moi, et j'ai chanté pour eux. On a fait une seule prise et même si le résultat n'est pas parfait, il est honnête, et c'est le plus important selon moi.

"Mes précédents albums étaient trop lisses à mon goût"

Vous aviez l'impression de ne pas être honnête dans le passé ?
Quand tu travailles avec un producteur, il pense qu'il y a une certaine façon de faire les choses et le résultat doit toujours être parfait. Je suis conscient que certains titres de cet album ont des failles mais je voulais un disque qui me touche avant même de toucher les autres. Quand j'ai écouté God Only Knows, j'en ai eu la chair de poule et je voulais que cet album soit comme ça. Le soir-même de l'enregistrement, j'ai fait écouter ce titre à ma famille. A la fin de la chanson, tout le monde m'a regardé et ma sœur, ma mère et même mon beau-frère – Monsieur Biscotto qui aime le catch et la boxe – pleuraient. Je me suis dit que j'avais réussi. C'est ça que je cherchais depuis tout ce temps et ce qui me manquait. Mes précédents albums étaient peut-être beaux, mais trop lisses à mon goût.

Vous regrettez ces albums trop lisses ?
Je suis fier de tout ce que j'ai fait : j'ai vendu des millions d'albums, j'ai remporté des prix et joué devant des milliers de personnes, c'est génial ! Mais je n'étais pas heureux avec le chemin que prenait ma carrière. Mon entourage n'aime pas que je dise ça… Je ne renie pas ce que j'ai fait dans le passé car c'est ce qui m'a mené jusqu'ici, mais je savais au plus profond de moi-même qu'il fallait que ce soit différent.

Sur Instagram, vous avez dit "ne pas oublier d'où vous veniez mais être plus excité par où vous alliez". Où allez-vous ?
Je vais sur Mars ! (rires) J'endosse l'entière responsabilité d'être un des quelques jeunes artistes à reprendre les classiques de Franck Sinatra, Dean Martin ou encore Bobby Darin… Mes idoles ! C'est là que je vais.

Dans ce disque, vous faites un duo avec Meghan Trainor sur Someday, titre qu'elle a co-écrit avec Harry Styles. Parlez-moi de ces collaborations.
J'étais en studio et Johan, un des coproducteurs du disque, m'a dit avoir une chanson de Meghan Trainor et Harry Styles à me faire écouter. Je l'ai trouvé tellement sublime que cinq minutes plus tard, Meghan et moi discutions sur Skype. Je lui ai proposé de chanter ce titre ensemble et elle a immédiatement accepté. Deux semaines plus tard, on était en studio. Elle est arrivée vêtue d'une combinaison d'ours, accompagnée de ses parents. C'est une musicienne, une auteure, une chanteuse et une productrice extrêmement talentueuse.

"Je suis perdu sans mes enfants"

Sur Instagram, vous avez posté une vidéo de votre fils Noah écoutant Daddy, du chanteur coréen Psy, et avez dit, "Qu'est-ce que j'y peux ? Il préfère écouter ça que son père". Est-ce que vous chantez avec vos enfants ?
Tous les jours. Noah est comme son père. Mes parents me disent souvent qu'il leur fait penser à moi enfant car il me ressemble, il parle comme moi, il joue comme moi… Ses trois chansons préférées sont Baby Beluga, une série canadienne (il se met à chanter), le générique de Spiderman et Today is yesterday's tomorrow. Il me dit "Papa, est-ce que tu peux chanter Today is yesterday's tomorrow outra vez ?" Tout ce qu'il dit est un mélange d'anglais et d'espagnol.

Est-ce difficile d'être présent pour vos enfants tout en menant votre carrière ?
Il n'y a pas de mots pour expliquer l'amour qui existe entre mes enfants et moi… Je ne raterais aucune occasion de les embrasser, jouer avec eux et mordre leurs joues… Quand je suis loin, j'ai le cœur brisé. Aujourd'hui ça va : je leur ai parlé hier soir sur Skype puis ce matin au réveil. Je suis allé faire un tour au magasin Disney, leur ai acheté plein de jouets que je leur ai montrés ensuite. Je ne les verrais pas pendant un mois et c'est très difficile à vivre… Je me sens perdu sans eux.

Une chanson que vous avez en tête en ce moment ?
(Il réfléchit puis se lève, chante et danse, ndlr) You don't gotta go to work, work, work, but you gotta put in work, work, work… Désolé. Vous voyez ce que c'est ? C'est Work From Home de Fifth Harmony. J'adore ce truc ! A chaque fois qu'il passe à la radio, mes enfants et moi on est à fond ! Vous savez ce que j'aime d'autre ? My House de Flo Rida. J'adore cette chanson !

"Nobody But Me", dans les bacs le 21 octobre 2016 © Warner