Norah Jones : "Je ne suis pas vraiment célèbre"

Une voix aussi douce que les notes de piano qui l'accompagnent. Depuis 15 ans, Norah Jones nous fait du bien avec ses chansons jazzy, comme des berceuses réconfortantes. Elle réitère avec "Day Breaks", un album tout en sensibilité, dont elle nous a parlé.

© Shutterstock/SIPA

On s'imagine Norah Jones aussi délicate et mystérieuse que ses chansons. On se trompe. À Paris pour présenter son opus Day Breaks, la New Yorkaise nous reçoit à la cool. Nous qui l'imaginions minauder timidement de ses grands yeux bruns si une question la mettait mal à l'aise, elle est plutôt du genre à vous faire comprendre qu'elle ne répondra pas. Avec sympathie et un grand rire volontaire. Après 15 ans de carrière et à 37 ans, la fille de Ravi Shankar (légende de la cithare) n'a plus rien à prouver. Moins stressée qu'à ses débuts, celle qui se dit "à la fois perfectionniste et spontanée" se laisse aller à la confidence.

Le Journal des Femmes : Pourquoi avoir attendu si longtemps avant de sortir ce nouvel album ?
Norah Jones, en riant : Je n'ai pas fait exprès ! J'ai attendu d'être inspirée. L'album était terminé depuis décembre, mais j'ai dû prendre du temps pour avoir mon bébé... Ça ne m'a pas semblé si long parce que j'ai participé à 2 projets en parallèle depuis mon dernier disque. J'ai été assez occupée musicalement.

Qu'avez-vous voulu exprimer avec Day Breaks ?
Je n'avais pas vraiment de but. Ces chansons sont sorties comme ça. J'ai été inspirée par les infos, par ce monde devenu fou, mais aussi par l'amour, les émotions complexes. Des sentiments qu'on connaît tous.

Le but d'un artiste est-il de se faire messager des causes qui lui tiennent à cœur ?
Le but d'un artiste est de refléter tout ce qu'il veut et forcément, ce qui l'entoure. Parfois, certains nous apportent de la joie en temps de chaos. Le but de chacun est différent. Même si je ne pense pas que ce soit de notre responsabilité de commenter les problèmes sociétaux.

"Pour moi, tout va bien"

Votre précédent album parlait de rupture, de trahison… Celui-ci est plus apaisé. Vous aussi ?
Je suis heureuse. Je suis mariée et j'ai deux enfants, donc c'est évidemment différent. La vie est en évolution constante. Ce n'est pas comme si le mariage était sans encombre. Toute relation peut traverser des épreuves, même l'amitié. Mais pour moi, tout va bien !

Êtes-vous d'accord pour dire qu'il est plus facile de créer quand on traverse une passe difficile ?
Oui totalement ! Je suis d'humeur changeante. Je peux avoir un mauvais jour et écrire deux bonnes chansons, je n'ai pas besoin d'être déprimée tout le temps. Beaucoup de titres de cet album sont inspirés de choses pas très heureuses qui se passent dans le monde. Même si je me sens bien dans ma vie perso, il y a assez de noirceur pour m'amener là où je l'entends artistiquement.

Vous avez fait un album avec Billie Joe Armstrong (leader de Green Day) et vous avez un groupe pop… D'où vient ce besoin de renouveau ?
Si j'avais dû refaire les mêmes choses sans cesse je me serais lassée. Une des chances de mon métier, c'est que je peux faire ce que j'aime. C'est important de continuer à apprendre et de grandir en tant que musicienne.

Avez-vous peur que tout s'arrête ?
J'espère que les gens ne se lassent pas de ma musique ! Même si c'est le cas, tant pis. Je continuerai pour les deux personnes qui m'écoutent à la maison (rire).

"C'est facile de trop penser à soi"

Êtes-vous du genre à vous soucier des critiques ?
Parfois ma mère m'en envoie et je suis obligée de les lire, mais je ne trouve pas ça productif. Chacun a son opinion. qui devrait-on écouter ? Les conseils du type "aime toi" et toutes ces conneries que nos mères nous racontent sont plutôt vraies. On nous le répète quand on est jeune et personne ne semble s'en souvenir en vieillissant. C'est compliqué à faire, mais c'est important.

S'aimer, c'est plus facile quand on est célèbre ?
Disons qu'il est facile de trop penser à soi et ce n'est pas sain. Avec Internet et les réseaux sociaux, on a envie de lire tous les commentaires sur nos photos par exemple. Je comprends cet intérêt, mais ce n'est pas bien.

Quel a été le rôle de votre père dans votre carrière ?
Il a été adorable, même si j'ai appris à le connaitre tard. Ma carrière a démarré indépendamment de lui. Il ne m'a jamais vraiment conseillée. Je ne sais pas s'il l'a fait consciemment, si c'est parce que je n'ai jamais demandé ou si je n'étais pas réceptive. Ça peut paraître bizarre, mais il a peut-être essayé de la jouer cool.

Quel est votre premier souvenir musical ?
Ecouter Aretha Franklin et Chopin dans le salon de ma mère.

Et aujourd'hui, qu'est-ce que vous écoutez ?
Ça dépend. Quand je fais du yoga, je mets du Ali Faka Toure. C'est si beau que ça me rend heureuse le matin. Seule à la maison, j'écoute Neil Young. Et puis il y a cette chanson bizarre de Bollywood qui s'appelle Aye Aye Aye Suku Suku. Mes fils l'adorent. On la met et on danse, c'est très drôle !

"J'ai trouvé un équilibre"

Quel conseil donneriez-vous à la Norah Jones des débuts ?
L'attention me stressait. Alors je lui dirais "relaxe, ne jure pas autant" !

Comment gérez-vous le succès maintenant ?
Ça va mieux depuis que je suis adulte. Ça fait partie du boulot, je peux le gérer. Je ne suis pas vraiment célèbre. J'ai trouvé un équilibre qui me permet de faire ma musique et d'avoir du succès sans être importunée. Quand vous démarrez et que ça fonctionne, les gens parlent de vous sans cesse. Puis ils se lassent.... Tant mieux !

On peut lire que vous êtes timide, mystérieuse… Vous approuvez ?
Je ne crois pas être timide, Je suis peut-être un peu silencieuse par moments. Ma musique évoque des choses silencieuses et mystérieuses alors ça fait peut-être partie de ma personnalité, mais je ne suis pas comme ça avec mes proches.

Comment réagissent vos enfants quand ils vous écoutent ?
Mon fils a 2 ans et demi. Il apprend à parler et il est très bavard. Il connaît certains mots de mes chansons, c'est drôle. Dans "Tragedy", quand la phrase "he was only twenty..." commence, il fait "five" ! C'est mignon de voir comment il s'arrête sur certaines choses. Parfois il réclame les chansons de maman et parfois il ne veut surtout pas les entendre. C'est un petit lunatique.

Norah Jones sera en concert du 11 au 21 novembre en France. L'album "Day Breaks" est disponible depuis le 7 octobre.