Soko : "Etre artiste demande beaucoup de courage"

Soko fait onduler les pans de soie de Loïe Fuller dans "La Danseuse", au cinéma le 28 septembre 2016. La jeune femme de 30 ans nous en dit plus sur la passion qui l'anime et son rapport à l'art.

© Capture d'écran JDF

Chanteuse, actrice et désormais danseuse sur grand écran. À 30 ans, Soko est une artiste accomplie qui commence à faire sérieusement parler d'elle. Militaire traumatisée en treillis dans Voir du Pays, elle devient la gracieuse Loïe Fuller pour le premier long-métrage de Stéphanie Di Giusto, au cinéma le 28 septembre. Stéphanie Sokolinski de son vrai nom se glisse dans la robe de cette danseuse du XXe siècle, célèbre pour ses chorégraphies poétiques aux envolées de soie éclairées par des projecteurs colorés.

"Petite, j'étais la plus nulle en danse, la plus ridicule, la petite grosse du cours qu'on met au fond de la salle", nous confie-t-elle. On a du mal à la croire tant son interprétation de la pionnière aux voiles délicats est bluffante. Pendant presque deux heures, Soko souffre, s'acharne et se transforme en papillon magnifique aux milieu des volutes de tissu. "L'art qui me touche, c'est celui qui est fait avec passion. Qui est vital", nous a-t-elle révélé.

Dans la capitale française, celle que certains connaissent seulement comme "l'ex de Kristen Stewart" s'est épanchée sur sa conception de l'art et sa manière d'aborder la vie : "Si j'ai une envie je le fais. Je ne me perds pas dans les étiquettes." Soko, ou la sensibilité au service du caractère.

Regardez notre interview de Soko, au cinéma dans La Danseuse dès le 28 septembre 2016 :

Voir aussi :