Dita Von Teese, "évangéliste du glamour"

Dix ans après avoir brillé sur la mythique scène du Crazy Horse, Dita Von Teese revient du 15 au 30 mars 2016, pour 33 représentations exceptionnelles. Le Journal des Femmes a pu s'entretenir avec la reine de l'effeuillage burlesque pour lui demander quelques conseils en séduction...

© Ali Mahdavi

La pin-up rétro au teint diaphane, aux lèvres carmin et aux courbes voluptueuses Dita Von Teese fait son grand retour au Crazy Horse. Pour célébrer ses 65 ans, le mythique cabaret parisien laisse carte blanche à la star du néoburlesque du 15 au 30 mars, qui a composé son Dita's Crazy Show à partir de ses tableaux favoris du catalogue de la maison. Au programme : des performances chic et sensuelles à souhait. A cette occasion, Le Journal des Femmes a posé quelques questions à cette icône glamour... Interview.

Journal des Femmes : Pourquoi ce retour au Crazy Horse ? Qu'est-ce que cela représente pour vous ?
Dita Von Teese : Je suis une fan inconditionnelle du Crazy Horse ! C'est une histoire d'amour qui dure depuis plusieurs années et c'est ce qui m'a fait revenir sur son illustre scène. En plus de faire mes propres tableaux, je suis aussi heureuse de présenter mes numéros préférés du répertoire et de faire découvrir mon "Crazy Show" au public !

Comment avez-vous conçu vos tableaux ? Qu'est ce qui vous a inspirée ?
Quand j'ai été la première guest de l'histoire du Crazy Horse, je n'en faisais qu'un, celui du "Bain", que j'agrémentais et revisitais : je l'ai imaginé de trois manières différentes et je reviens encore avec une nouvelle version. Dans les années 50, Miss Candida et Lily St Cyr, deux danseuses burlesques, ont aussi fait un numéro dans une baignoire et j'ai voulu leur rendre hommage. Aucun de mes autres shows ne tenaient sur la scène, puisque le plafond est trop bas, et ce, pour que les danseuses aient l'air plus grandes. Elles mesurent toutes entre 1m68 et 73 et portent des talons de différentes tailles pour que l'ensemble soit homogène. Je fais aussi le numéro "Teese'ing" d'une nouvelle façon, avec un nouveau costume. Il y a aussi un numéro dirigé par Ali Mahdavi en mapping video. C'est très spécial : c'est du jamais vu dans le domaine du strip-tease.

Avez-vous une anecdote sur le Crazy Horse à nous faire partager ?
La chose pour laquelle je me suis le plus entraînée, c'est un show avec toutes les anciennes de la maison, inspiré par le burlesque américain, qui a été mis en place par le fondateur du Crazy Horse. Je me souviens l'avoir vu dans les années 90 et j'ai demandé si je pouvais le refaire. Il y a un geste de hanches signature, propre au cabaret, le plus dur à enseigner aux nouvelles recrues. J'ai dû l'apprendre et j'adore cela : il y a tellement de signatures et de secrets au Crazy Horse !

"Je me considère comme une évangéliste du glamour : je le prêche et le pratique pour convertir les autres"

Avez-vous conscience d'être une icône de mode glamour ? Comment le ressentez-vous ?
Je crois en la force de la beauté et du glamour en chaque instant. Le glamour est l'art de la beauté et ça ne dépend pas de l'âge, de la richesse ou du physique. C'est ce qu'on choisit pour soi. Je me considère comme une évangéliste du glamour, je le prêche et le pratique pour convertir les autres. Quand on me dit qu'on aime mon look et qu'on aimeraient l'avoir, je réponds que c'est possible. Il ne faut pas se laisser submerger. Toutes les femmes peuvent être glamour, mais cela demande du travail.

Vous avez lancé votre propre marque de lingerie. Qu'est ce que cela représente pour vous ?
Mon premier job étudiant était vendeuse dans une boutique de lingerie. C'est en partie ce qui a éveillé mon intérêt dans mon processus de création de pin-up vintage pour ma marque (en vente en exclusivité sur le site Glamuse.com) . Depuis que je suis petite, j'ai toujours trouvé que c'était un symbole de féminité et de féminisme. Porter des jolis sous-vêtement ne devrait pas être réservé à séduire un homme. J'ai toujours aimé porter de la lingerie belle et fonctionnelle au quotidien, plutôt que de le faire pour quelqu'un d'autre. Pourquoi attendre que quelqu'un d'autre le voit ? Pourquoi ne la restreindre qu'à cela ?

Comment parvenez-vous à rendre "crazy" un homme ?
Je crois que la pratique de l'art de la séduction doit se faire tous les jours, en commençant par soi-même. J'aime me créer une atmosphère chaleureuse, sensuelle et poétique. Je me parfume et mets de la lingerie fine tous les jours. De fait, lorsqu'il s'agit de séduire un homme, ça ne me demande pas d'effort et je n'ai pas l'impression d'être en représentation pour l'autre.

"Si j'avais écouté les hommes, je sentirais la vanille de synthèse"

Votre secret pour garder un homme ?
Il faut faire ce qui nous donne confiance en nous et nous sentir bien. Se séduire au quotidien est la clé. Je n'accorde peu ou pas d'importance à l'avis des hommes. Seigneur, si j'avais dû les écouter, j'aurais arrêté mes shows il y a bien longtemps, je ne porterais pas de maquillage et je sentirais probablement la vanille de synthèse ! Séduire un homme de cette façon, en créant cette belle ambiance dans laquelle on se sent bien attire davantage les personnes qui y sont sensibles. Il faut non seulement cultiver sa beauté, mais aussi sa sagesse et son esprit. 

Quelle est la recette pour se sentir séduisante et sexy ?
Je suis sûre de moi quand je fais des choses qui me font du bien. Le secret pour être sexy, c'est la confiance en soi, en étant convaincue que ces choses sont pour soi, plutôt que de se soucier de l'avis des autres, ou de l'idée que se font les autres du sexy, car c'est sans fin. J'aime que mes cheveux soient ondulés, porter du rouge à lèvres rouge et me faire des yeux de chats, même si l'on m'a déjà dit que j'étais plus belle au naturel sans tout cet attirail. C'est en accordant de l'importance à ces remarques que l'on commence à douter de soi et à ne plus être sexy. C'est bien de recevoir des compliments, mais c'est important de rester fidèle à soi-même, puisque c'est ce qui nous fait rayonner. Je me sens sexy quand je me sens bien dans mon corps, en mangeant équilibré et en faisant de l'exercice. Parfois, on range sa sensualité quand on est célibataire et c'est une erreur.

Si vous étiez...
Un sous-vêtement ?
Un corset.
Un plaisir coupable ? Des œufs à la truffe.
Une senteur ? Mon parfum,
 Erotique.
Un vice ? La décadence.

 

  • Dita's Crazy Show, du 15 au 30 mars 2016
  • Du dimanche au vendredi : 2 représentations : 20:15 & 22:45
  • Le samedi : 3 représentations : 19:00, 21:30 & 23:45
  • Renseignements & réservations : lecrazyhorseparis.com
  • Téléphone : 01 47 23 32 32
     
L'affiche du Dita's Crazy Show © Crazy Horse