Liane Foly, crooneuse épanouie

Cela faisait 8 ans qu’elle n’avait pas sorti de disque. Avec Crooneuse, dans les bacs le 18 mars, Liane Foly signe son grand retour sur la scène musicale. Nous l’avons rencontrée à quelques jours de la sortie de son nouvel opus.

© Sony

Liane Foly possède un timbre de voix grave reconnaissable entre mille. Celle qui a marqué les esprits avec Au fur et à mesure, La vie ne m'apprend rien ou On a tous le droit, revient avec un nouvel album. Composé de 11 titres cultes revisités en une version jazzy, Crooneuse marque le grand retour de Liane Foly. Pendant huit ans, la chanteuse a parcouru l'Hexagone dans le costume d'imitatrice pour présenter ses deux spectacles La Folle Parenthèse et La Folle part en cure. C'est une Liane Foly chaleureuse et heureuse que nous avons eu la chance de rencontrer.

Crooneuse, le nouvel album de Liane Foly, dans les bacs le 18 mars 2016 © Sony

La musique a-t-elle toujours fait partie de votre vie ?
Liane Foly : La musique a bercé mon enfance. A la maison, nous écoutions de la funk, de la soul, du motown… Moi-même j'allais à l'école comme tous les enfants mais je faisais  plusieurs activités à côté : de la danse, du piano, du solfège et beaucoup de sports. J'ai la chance d'avoir grandi dans une famille très gaie, qui aimait rire et aimait le spectacle. Mon père a décelé très vite mon potentiel et il m'a fait intégrer l'orchestre qu'il avait créé. Mes premières scènes, c'était dans notre quartier et dans les bals populaires. Je suis très nostalgique de cette période-là.

Vous avez appelé votre nouvel album Crooneuse. Un choix audacieux, non ?
A vrai dire, c'est un peu fait exprès. On entend toujours parler des crooneurs. Petite, j'étais fascinée par Franck Sinatra car il incarnait l'homme par excellence, avec cette élégance et ce timbre de voix si particulier, si doux. Mais on oublie souvent qu'il existe des crooneuses formidables, notamment les chanteuses de jazz. La voix de Sarah Vone est extraordinaire et Julie Andrews est inoubliable. Crooneuse, c'est aussi Barbra Streisand, Liza Minnelli, Annie Lennox et même Tina Turner qui était une crooneuse rockeuse.

Parlez-nous de ce nouvel album.
Nous avons voulu faire un retour en arrière et réinterpréter des chansons que j'aime. Choisir les chansons et les revisiter était un travail de groupe. Pendant un an, avec mon arrangeur Franck Eulry, nous avons essayé des choses. Reprendre J'aime regarder les filles ou C'est extra, je n'y aurais jamais pensé mais je lui ai fait confiance.

Vous avez passé huit ans sans sortir de disque. La musique vous manquait ?
Pendant ces huit ans, je n'ai pas arrêté la musique car j'ai chanté avec les voix des autres dans mes deux spectacles d'imitation. C'était une joyeuse parenthèse mais c'est vrai que me retrouver sur scène pour interpréter mes propres chansons me manquait. Je suis heureuse de retrouver mon public.

Comment vous est venu ce goût et ce don pour l'imitation ?
Petite, j'essayais d'imiter les chanteuses que je voyais à la télévision. Au lycée, je m'habillais comme l'une de mes profs, j'allais au tableau à côté d'elle dès qu'elle avait le dos tourné, et je l'imitais sans qu'elle ne s'en rende compte. Faire le clown, c'est quelque chose que j'ai toujours pratiqué. Le fait de monter sur scène et de faire rire le public est extraordinaire. D'ailleurs, j'ai envie de recommencer. Il y aura un troisième spectacle, c'est certain.

Vous êtes engagée dans plusieurs associations. C'est important de mettre votre notoriété au profit de causes humanitaires ?
Plus jeune, j'allais avec ma grand-mère porter des vêtements à la Croix Rouge et aider les religieuses de mon quartier. Aujourd'hui, si je peux aider les associations, je le fais. Elles méritent toutes notre aide, c'est important de le faire. J'aimerais ne plus devoir le faire, mais elles en ont malheureusement de plus en plus besoin.

Quels sont vos projets ?
Je vais faire partie du jury de Superkids qui sera diffusé en avril sur M6.  C'est une émission familiale mettant en avant des enfants très doués dans leurs domaines respectifs. Il y aura du chant, de la magie, du break dance, de l'humour, de la gymnastique… En parallèle, j'ai démarré une tournée en janvier et j'aimerais prochainement faire une comédie musicale.

Qu'est-ce qui vous rend le plus fière aujourd'hui ?
De perdurer. Ça fait 30 ans que je fais ce métier et je suis toujours aussi heureuse. J'espère en refaire 30.

Qu'est-ce que vous menez à la baguette ?
Ma cuisine. J'adore essayer des plats et plus c'est compliqué, mieux c'est.

Qu'est-ce qui vous met des trémolos dans la voix ?
L'intensité et la cruauté de la vie.

Qu'est-ce que vous envoyez valser ?
Les boulets, ceux dont on n'a pas besoin dans une vie. Je ne m'entoure que de gens qui me conviennent.

La dernière fois que vous l'avez mise en sourdine ?
C'est peut-être pendant l'enregistrement de cet album car j'ai fait entièrement confiance à Franck.

La dernière fois que vous vous êtes réveillée en fanfare ?
Tous les jours car je suis heureuse d'avoir un métier qui me convient et d'être entourée de gens que j'aime.

Quelle chanson entonnez-vous le plus en ce moment ?
En ce moment, je réécoute les classiques d'Earth Wind & Fire et George Michael.

Quelle musique adoucit les mœurs selon vous ?
La musique classique et plus particulièrement Le Clair de Lune de Debussy, qui est la plus belle des merveilles selon moi.

Vous arrive-t-il de jouer du pipeau ?
Non, je suis trop cash. D'ailleurs, cela m'a parfois posé problème (rires) !

Liane Foly en tournée © Sony