Ana Ortiz : "Mes partenaires de Devious Maids font partie de ma famille"

Après avoir incarné la volubile Hilda dans "Ugly Betty", Ana Ortiz a fait un retour remarqué sur le petit écran dans la série "Devious Maids". Elle y interprète Marisol, une (fausse) domestique au caractère bien trempé. Le Journal des Femmes a rencontré la comédienne, à l'occasion de la diffusion de la saison 3 inédite sur Téva.

© Nicolas GOUHIER/ ABACAPRESS.COM/ M6
Ana Ortiz, à Paris le 21 septembre 2015 © Nicolas GOUHIER/ ABACAPRESS.COM/ M6


A partir du dimanche 11 octobre, à 20h40, Téva diffuse la troisième saison inédite de Devious Maids. La série créée par Marc Cherry, déjà à l'origine de Desperate Housewives, et produite par la plus si désespérée Eva Longoria, raconte le quotidien de quatre domestiques latinas au service de la population aisée (et névrosée) de Beverly Hills. En plus de multiplier les intrigues policières et amoureuses, qui ont fait le succès de la série mère, Devious Maids critique, avec humour, les travers de la bourgeoisie hollywoodienne. Nous avons rencontré Ana Ortiz, l'interprète de Marisol, le personnage central du show, lors de son passage à Paris. L'actrice de 44 ans nous a parlé de la représentation des latinos à la télévision et du rôle qui l'a fait connaître : celui de la généreuse Hilda, dans la série Ugly Betty. Rencontre riche en émotions.

Le Journal des Femmes : Comment vous-êtes vous retrouvée au casting de Devious Maids ?
Ana Ortiz :
Je connaissais Marc Cherry depuis Desperate Housewives. J'étais une grande fan. Je connaissais Eva Longoria depuis longtemps et je savais qu'elle produisait la série. Je ne pouvais pas laisser passer l'opportunité d'être au casting d'une série dont les principaux rôles féminins étaient des latinas.

Pouvez-vous nous présenter le personnage de Marisol ?
Marisol est une femme qui vit deux vies : elle évolue dans le monde des bonnes et dans le monde de Beverly Hills, elle appartient à la classe supérieure. Elle essaie toujours de trouver l'équilibre entre ces deux univers et de trouver sa voie.

Quelle est sa situation au début de la saison 3 ?
Elle est plus sociable et sort de sa coquille. Elle devient indépendante pour la première fois, elle gagne de l'argent après être devenue une auteur populaire, elle a monté sa propre affaire. Elle est prête à écrire un nouveau chapitre de sa vie.

Qu'avez-vous en commun avec elle ?
Nous sommes toutes les deux mamans, extrêmement loyales envers nos amis et notre famille. J'admire Marisol parce qu'elle est dans le contrôle, elle est très calme et je ne suis pas vraiment comme ça (rires). C'est vraiment amusant à jouer.

Marisol est un pilier pour les autres personnages. Partagez-vous ce trait de caractère ?
C'est intéressant que vous disiez ça, je n'y avais jamais pensé, mais je suppose que oui. Je me repose aussi beaucoup sur mes amis. J'ai un cercle d'amis merveilleux.

Avez-vous un côté sournois ? [Le "devious" du titre de la série]  
Oui ! Parfois trop sournois. Mais maintenant que j'ai deux enfants, je pense que mes déviances se sont atténuées parce que eux sont très sournois !

Devious Maids a une vraie dimension sociale. Pensez-vous que le regard de la société envers les bonnes a changé depuis sa diffusion ?
C'est une bonne question. Je l'espère ! J'espère que les gens ont changé d'état d'esprit et comprennent que ces femmes élèvent leurs enfants, nettoient leur maison, connaissent tous leurs secrets. En réalité, elles ont beaucoup de pouvoir. C'est excitant de voir les choses de leur point de vue parce que nous les regardons toujours du côté des gens aisés.  

Votre grand-mère était une domestique. Que pense-t-elle de la série ?
Ma grand-mère est morte avant de voir la série, mais je sais à quel point elle était fière de moi. Elle est la seule à n'avoir jamais pensé une seule seconde que je pouvais échouer. Avoir son soutien m'a donné la force de surmonter les refus de tous ceux qui m'ont dit que je n'y arriverai pas.  

Les débuts de la série ont été marqués par une polémique à propos du fait que les bonnes étaient des latinas. S'est-elle apaisée avec le temps ? 
C'est amusant parce que la controverse est apparue avant même que quiconque ait vu la série, juste d'après son nom. J'ai eu la même réaction avant de lire le scénario. Nous avons beaucoup de retours de la communauté latine et c'est maintenant la majorité de notre public. Après la diffusion des premiers épisodes, nous avons eu leur total soutien et nous leur en sommes très reconnaissants. Eva Longoria a joué un grand rôle là-dedans. Elle se bat pour la communauté latina depuis dix ans. Elle lui fait confiance et sait qu'elle n'aurait jamais monté une série qui l'aurait blessée.

Que pensez-vous de la manière dont la communauté latina est représentée au cinéma et à la télévision ?
Les choses s'améliorent. Il n'y en a pas assez, mais je pense que ça progresse, petit à petit. Avec Ugly Betty, Jane the Virgin, Devious Maids, nous abattons beaucoup de portes.

A propos d'Ugly Betty, êtes-vous toujours en contact avec vos partenaires ?
Ce sont mes meilleurs amis. America [Ferrera, ndlr] est la marraine de mon fils, Mark [Indelicato, ndlr] qui jouait mon fils dans la série, est un de mes meilleurs amis. Nous étions invités au mariage de Vanessa Williams il y a quelques mois. Ugly Betty est le genre d'expérience qui n'arrive qu'une fois dans une vie. Nous nous aimons tous profondément.   

Avez-vous le même genre de relations avec le casting de Devious Maids ?
Oui, nous sommes très proches. Quand vous savez que vous faites quelque chose de spécial ou de controversé, ça vous lie les uns aux autres parce que vous devez vous serrer les coudes. Je connais ces femmes depuis très longtemps, elles font partie de ma famille... [Ses yeux commencent à se remplir de larmes] Je suis trop émotive !

America Ferrera pourrait jouer dans la saison 4 ?
Ca serait génial, j'adorerais que des anciennes d'Ugly Betty apparaissent dans la série. Eva [Longoria, ndlr] a dirigé quelques épisodes de Devious Maids et nous aimerions la voir dans le show. 

Découvrez la bande-annonce de la saison 3 de Devious Maids, dès le dimanche 11 octobre sur Téva à partir de 20h40 :