Natasha St-Pier, Acadienne épanouie

Natasha St-Pier signe son grand retour et se dévoile comme jamais dans son nouvel album. Mon Acadie, ce sont onze titres acadiens aux sonorités country-folk et des duos d’exception. C’est une Natasha St-Pier épanouie (et très enceinte) que nous avons eu la chance de rencontrer à quelques jours de la sortie de l’album.

© Smart / Sony

Avec ses sonorités country-folk, Mon Acadie risque de surprendre. Mais n'en déplaise aux fans de la première heure, cet album est celui qui correspond le mieux à Natasha St-Pier. Celle qui est née au Nouveau-Brunswick et qui s’est fait connaître avec Je n’ai que mon âme, revient à ses premières amours : les chansons acadiennes. A quelques jours de la sortie de l’album, nous avons rencontré Natasha St-Pier qui nous a parlé de l’Acadie, de musique, de sa grossesse -elle accouchera courant novembre 2015-, et qui n’a pas hésité à nous demander un selfie d’entrée. Confidences.

Natasha St-Pier © Smart / Sony

Le Journal des Femmes : Votre nouvel album s’appelle "Mon Acadie". Qu’est-ce que l’Acadie ?
Natasha St-Pier : L’Acadie est une région du Canada qui n’existe plus aujourd’hui. Seul le peuple acadien qui se répartit dans quelques provinces du Canada est resté. En 1755, les Acadiens – qui étaient des Français vivant sur une terre anglaise, ont dû prendre les armes aux côtés des Anglais. Après avoir refusé, ils ont été déportés vers la côte est des Etats-Unis. Certains s'y sont installés et d'autres sont revenus vers leurs premières terres d’Acadie. Aujourd’hui, les Acadiens qui restent sont des francophones vivant dans une partie anglophone du Canada.

Comment vous est venue l’idée d’enregistrer un album de chansons acadiennes ?
Ces chansons, je les ai toujours écoutées sans avoir l’occasion de les chanter et j’avais envie que la musique que je chante se rapproche de celle que j’écoute. C’est ainsi qu’est né l’album Bonne Nouvelle qui a des sonorités un peu folk, mais c’est avec Mon Acadie que je dévoile réellement mon univers musical.

C’est aussi un moyen de rendre hommage à vos racines ?
Ce n’était pas le but au départ. Faire cet album me faisait plaisir mais je me suis rendue compte que ce serait aussi un moyen de transmettre un peu de ma culture à mon enfant. Il naîtra et vivra en France et grâce à cet album, je partagerai avec lui mon univers, mes racines, mon héritage.

Justement, comment avez-vous vécu cette grossesse ?
Le début de la grossesse est monstrueux, il faut le savoir ! Personne nous le dit. On prend du poids un peu partout sauf dans le ventre… On n’est plus la même physiquement et c’est très difficile de trouver des vêtements qui nous vont car les vêtements de grossesse sont encore trop grands, et nos vêtements à nous, trop petits. En plus, on est malade ! L’important c’est de ne pas oublier de se mettre de la crème !

Avoir un enfant, c’est ce qu’il vous manquait pour être épanouie ?
Je n’avais pas de manque dans ma vie de couple. C’est très égoïste de dire ça, mais faire ce que l'on veut quand on veut me plaisait. J’avais donc à la fois envie et pas envie d’avoir un enfant. Je n’avais pas besoin d’être enceinte pour être épanouie. Je l’étais déjà.

Quel genre de maman serez-vous ?
Tout le monde me dit que je serai sévère car j’ai tendance à être particulièrement exigeante avec tout le monde. Mon mari est plus joueur. On sera complémentaires.

Allez-vous défendre cet album sur scène ?
Pour l’instant, je ne me vois pas parcourir la France avec un bébé sur les bras, et encore moins l’abandonner à la maison. Ça prendra donc certainement plus de temps que pour les précédents albums, mais j’ai envie de le chanter et le danser sur scène.

Nous avons terminé notre entretien par une série de questions reprenant des expressions canadiennes…

Qu’est-ce qui vous donne envie d’attendre que le curé se mouche (envie de prendre son temps) ?
Le dimanche matin…

Qu’est-ce qui vous fait avoir l’feu au cul (être en colère) ?
Les gens qui sont en retard me stressent. Moi-même, je préfère être en avance et attendre dans ma voiture, qu’arriver en retard.

Qu’est-ce qui vous fait avoir le shake (avoir peur) ?
Les araignées.

La dernière fois que ta farme tu ta yeule (se taire) ?
Depuis que je suis enceinte, j’observe beaucoup l’attitude des parents envers leurs enfants. Parfois, je suis d’accord et d’autres fois non. Dans ces moments-là, j’ai tendance à me taire.

La dernière fois que vous avez tataouiné (tourner autour du pot) ?
Je suis plutôt cash et tataouine rarement.

La dernière fois que vous avez passé la nuite sur la corde à linge (nuit blanche) ?
Hier. Je ne le savais pas mais les derniers mois de la grossesse, on ne dort pas bien !

La dernière fois que vous vous êtes dit  avec ben de la volonté pis du crachat, un ch’val fourre un chat" (ne pas abandonner) ?
Tous les jours quand je m’assois sur le vélo et que je me dis "allez, fais un effort".

Qu’est-ce qui vous met des motons dans l’estomac (angoisse) ?
La chambre de bébé qui est loin d’être terminée...

Natasha St-Pier se dévoile avec l'album Mon Acadie © Smart / Sony